18/09/2008

Ces verts sévères

Ce que je j'aime dans les villes c'est l'inexistence de contrôle social, l'anonymat quand je change de quartier, la foule et la possibilité de rencontrer des gens si je veux à l'heure que JE choisie. C'est pour des toutes ces raisons que j'aime Manhatan et que je déteste les petites villes. Ce que je ne cherche pas en ville: le silence, l'air pur, les petites fleurs, la tranquillité. Pour cela il y a les quartiers résidentiels, la province, ou la campagne. Aussi la ville que les verts prétendent nous imposer est-elle très exactement à l'opposée de ce que j'ai envie de vivre. Des transports publics qui ne fonctionnent qu'aux heures de pointes c'est à dire pour aller et revenir du travail, des bistrots ou personne ne crie ni ne chante, des passants habillés uniformément de produits naturels...bref le calme d'une ville de province. L'horreur ! l'ennui, le calibrage, l'uniformité, l'obligation de rencontrer mes voisins, l'interdiction du choix et de la liberté voilà ce que nous proposent les Verts. Un monde de télé-tobies, pour enfants attardés dans lequel tout le monde il est beau tout le monde il est gentil.

L'utopie d'un paradis perdu et pollué par les voitures, les cigarettes, l'excès d'alcool, la maladie, la mort... ça me rappelle quelque chose. Un esprit vide dans un corps sain qui, s'il ne pêche pas par excès de vie, pourra trainer sa vacuité jusqu'à la fin des temps. On pourrait sourire à cela si les écolos n'avaient décidé de faire notre « bonheur » contre notre gré et bien qu'ils se prétendent démocrates, un groupe politique qui m'impose l'interdiction formelle d'être faillible, d'être humaine ne me dit rien vaille. Je refuse que quiconque m'impose la bonne santé joufflue d'un monde qui évacue l'humanité pour la remplacer par des paranos tellement préoccupés par leur santé qu'ils en oublient de faire la fête et de prendre une bonne cuite.

J'aime la viande en sauce, les bagarres, les hurlements de plaisir dans la nuit,les sirènes de voitures de flics, le sourire dans hommes dans la rue, la ville qui pulse même la nuit, j'ai besoin d'entendre vivre autour de moi et c'est en cela je suis un rat urbain parfaitement adapté qui refuse le monde aseptisé que veulent imposer les peines à jouir verts.


Rita Cadillac

14:30 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Vous devriez envoyer votre billet au Leader Minimal... Pardon Minimo.

Écrit par : cndavid53 | 18/09/2008

Les Taliban Verts se soucient de notre bien être! Ils veulent notre bien même si c'est contre notre volonté...

Écrit par : Yogurt | 18/09/2008

Qu'est-ce que j'ai aimé voir Salika Wenger donner en pleine gueule à Sarah Klopmann, l'autre soir, sur Léman Beleu, dis-donc...

Elle en a eu, visiblement, bien du plaisir à la reprendre...

Mon professeur, T. Piguet, n'est pas mal, dans rôle, au perchoir...à tout diriger, 4a nous change de sa collègue et Première Dame, Citoyenne de Genève, la Dolorès...je comprends leurs douleur...

La presse ... des déchets ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/09/2008

Madame Cadillac,
Votre article, me fait penser à Ulysse retenu sur une île, en bonne compagnie, bien sur, mais otage quand même.
On lui proposât l'éternité, il n'en voulait point.

Réflexion faite, ... , Dieu, ... , ça lui fait pas chier de vivre aussi longtemps ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 18/09/2008

L'Eternité c'est trop long, je préfère profiter ici bas des plaisirs de la vie. Pour l'Eternité je laisse les curés s'en occuper moi j'ai autre chose à faire de plus important : vivre.

Les Verts sont des petits bourgeois moralisateurs et culs serrés. L'autre jour je me suis régalée en leur expliquant à la buvette qu'en fait ils ne proposaient rien de nouveau avec leur vélos car c'était encore un transport individuel et en plus, difficile de faire la causette à son voisin comme dans le tram la seule différence est que pour se déplacer on doit souffrir et c'est encore un truc de curés. Beurkk, Beurkk !

Vive les limos stretch avec télé, frigo, vitres fumées et pourquoi pas un chauffeur jeune et vigoureux ça nous change de ces moldu'c de Verts.

Écrit par : Rita Cadillac | 18/09/2008

Bonjour !
Ces culs-pincés d'écolos orthodoxes, archi-bien-pensants, le cerveau baignant dans un liquide céphalo-rachidien BIO, prêts à tout pour faire mourir l'Humanité d'ennui, ennemis et contempteurs de la vie, aveugles au Yin et au Yang, blindés dans leurs petites certitudes de petits cons comme-il-faut et apôtres du Yaka tous azimuts ont dû prendre au sérieux la recette d'Alphonse Allais pour respirer un bon air pur: "Yaka construire les villes à la campagne".
Rita, merci pour ce beau texte qui me fait entendre le "clac-clac" des talons-aiguilles dansant la vie sur le bitume à la lumière clignotante des néons.
Je vous adore !

:o)

Écrit par : Blondesen | 18/09/2008

Les commentaires sont fermés.