02/10/2008

Tu montes chéri ?


Ras les bas résilles d'entendre parler des « travailleurs du sexe » ou de « services sexuels rémunérés » ces périphrases, ce politiquement correcte nul me fait grimper aux rideaux... vous direz que c'est déjà ça de pris. Un chat est un chat et une prostituée une prostituée. Me dire que c'est un travail comme un autre me fait hurler et pas de plaisir. D'ailleurs je ne crois pas qu'il existe un CFC de travailleur du sexe ?


Contrairement à ce ce qui se dit généralement pute n'est pas le plus vieux métier du monde, ce métier là c'est sage femme. De plus on parle même de marché du sexe qu'il faudrait réguler... je suis certaine qu'à une époque on disait la même chose de l'esclavage : ça existe depuis toujours et il faut le réguler et que deviendrait le monde s'ils n'existaient pas ? Il parait que la moitié des femmes qui font le trottoir le font de leur plein gré... Il est certain qu'entre la physique quantique et éponger un abruti complexé et aviné y'a pas photo !


Je ne crois pas que les hommes soient cette espèce arriérée d'êtres incapables de contrôler leurs pulsions et qui doivent pouvoir le faire n'importe quand, n'importe ou et avec n'importe qui sous peine de devenir des animaux incontrôlables et si c'était le cas... Il faudrait les faire piquer.


Non la prostitution n'est pas inéluctable et le pouvoir du fric n'est que l'outil de la domination une fois de plus. On a le droit de développer


Rita Cadillac

19:40 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Bonjour Rita !
Je ne vais pas en faire des tonnes: vous devez bien imaginer que nous avons pratiquement les mêmes idées sur le sujet.
Juste une remarque "sémantique", si je puis dire: "pute", "salaud" et "con" sont trois mots que j'aime beaucoup, car selon le contexte et l'intonation, ils peuvent prendre des couleurs que pourrait leur envier l'arc-en-ciel.
Dans mon sulfureux passé, il ne m'est ainsi jamais arrivé de dire "Tu es une adorable travailleuse du sexe".
Etonnant, non ?
(comme disait Desproges)

:o)

Écrit par : Blondesen | 02/10/2008

Dans mon passé non moins sulfureux il ne m'est jamais arrivé non plus de dire "j'adore ton pénis". Ne vous inquiétez pas les mots me choquent moins que certains faits.

Écrit par : Rita Cadillac | 02/10/2008

mdr!

;o)

Écrit par : Blondesen | 02/10/2008

Les commentaires sont fermés.