11/10/2008

Le marché aux puces, la fanfare et la présidente



Samedi matin, Plainpalais. D'abord j'ai mis deux chaussures différentes et personne pas même mon mari ne s'en est rendu compte, après un tour infructueux au marché aux puces – rien trouvé d'intéressant- nous remontons vers la Place Neuve en compagnie de nos bouledogues. Nous en avons deux dont un particulièrement patibulaire mais sympa. Dans le lointain le son d'une fanfare poussive nous pousse à attendre un moment pour voir défiler la crème de la musique martiale.

Ils ont cent ans chacun, derrière eux viennent des vieux grenadiers qui ont surement fait la retraite de Russie tellement ils trainent péniblement leur ventre. Mais le pompon revient aux suivants. En cette matinée tristounette voilà qu'apparait dans toute sa splendeur naine la présidente du Grand Conseil toujours perchée sur des talons trop hauts, des pantalons trop longs, (elle doit croire que ça la grandit...)son air revêche de bigote espagnole flanquée de deux Huissiers empruntés et de mauvaise humeur. Un moment d'anthologie qui déclenche chez moi un fou rire homérique surtout lorsque je constate que la marche est fermée par un bus datant de l'An 1000 dans lequel une poignée de vieillards frileux regardent les badauds médusés. Un groupe de coréens hilares se fait photographier à tour de rôle devant cette parade d'une médiocrité sans concurrence. L'une d'entre eux vient vers moi et me demande ce qui se fête aujourd'hui. A travers mes larmes de rires je réussis à lui dire que je n'en sais rien mais que je suis aussi curieuse qu'elle de l'apprendre.


Nous somme le 10 octobre et si quelqu'un peu me renseigner j'en serai fort aise ?

11:47 | Lien permanent | Commentaires (18) | |  Facebook

Commentaires

Chère Rita,

Sachez que la Présidente et les vieux grenadiers fêtaient aujourd'hui la Saint-Firmin. Firmint fut, comme chacun devrait le savoir, le premier évèque d'Amiens au 4ème siècle. Il rencontra à Pampelune le prêtre Honestus qui lui fit à son tour, rencontrer St Saturnin. Il fut finalement assassiné par le gouverneur païen de l'époque.

Une si belle vie qui implique l'Espagne, l'honnêteté et le saturnisme, méritait bien que la Présidente sorte ses habits du dimanche. C'est d'ailleurs une des dernières fois où elle peut participer à une histoire à laquelle elle ne comprend rien.

Comme dit le précepte populaire "A la St. Firmin, les blés battent au vent".

Écrit par : Sainte Pelagie | 11/10/2008

Sont-ce les blés ou les blets qui "battent au vent"?

Écrit par : N. Chauvet | 11/10/2008

La fameuse laïcité et l'athéisme socialiste foutent aussi ... le camp.
Mais tout fout le camp, Rita n'est pas ?
Un de plus, un de moins ...

Le Vasco de Gamay et le sergent Garcia était de la ... fête ?

Zorro est-il arrivé ?

;o)

Bien à vous,

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/10/2008

D'accord avec Victor mais elle c'était de toute manière une de trop ! Quand elle parle Juan Carlos elle dit "MON roi !" et elle est présidinde du... Grand Conseil genevois y'a comme un bémol.

Écrit par : Rita Cadillac | 11/10/2008

Madame Cadillac (sacrés pare-chocs) si vous commencez avec des présidinde, on finiras certainement par des vaches...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12/10/2008

N'importe quoi Rita !
Manifestement, cette dame (que je ne connais pas !) inaugurait ses nouveau pantalons taille-basse en fanfare.
Par ailleurs, une dame qui porte des talons, même trop hauts, ne peut être foncièrement mauvaise. S'ils sont fluo - ce qui n'était pas le cas, puisque cela ne ressort pas de votre description - elle peut même être excellente selon les critères de jugement auxquels je me réfère généralement.
Enfin Rita, n'avez-vous pas, vous aussi, été toute joyeuse à cause d'un vêtement particulièrement seyant, en l'occurrence des pantalons taille-basse, trouvé lors de votre shopping du samedi matin ?

:o)

Écrit par : Blondesen | 12/10/2008

Je porterai des tailles basses le jour ou j'aurai retrouvé une taille... A mon âge c'est peu probable. Non Blondesen, aux puces j'ai acheté une écharpe avec un tête d'ours en pluche au bout pour faire clip, c'est du meilleur effet sur un tailleur un strict cela lui donne un peu d'humour ce dont la présidinde est totalement dépourvue.

;-0))

Écrit par : Rita Cadillac | 12/10/2008

... hahum... je constate que vous ne lui épargnez pas les marrons, à cette Madame la présidinde.

:o)

(ouais bon, vous me l'avez servie sur un plateau, celle-la !)

Écrit par : Blondesen | 12/10/2008

J'avoue que l'arrivisme des incompétents me fâche parfois, je l'ai vu et entendu faire et je dois dire que je reste stupéfaite d'autant d'aplomb. Mais comme me le disait perfidement une femme de son parti être présidinde du GC est ce qui arrivera de plus dans sa carrière politique. Si vous lisez la presse vous devez savoir que nos relations sont pour le moins tendues...:-0))

Écrit par : Rita Cadillac | 12/10/2008

La douleur des bolets n'a pas toujours été socialiste.
Elle a bien changé sa veste; son fusil d'épaule ... paraît-il ...

;o)

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12/10/2008

J'en perd mon latin...
Est-elle greque ou espagnole ?
Qui peut renseigner les Services de Sa Majesté ?

Écrit par : Bond... James Bond | 12/10/2008

En tous cas elle adore le style "pantera" et les décolletés trop profonds pour une vieille de son âge.

Écrit par : Rita Cadillac | 12/10/2008

Quand on est moche et déformé, cela ne sert strictement à rien ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 12/10/2008

Ses amis députés adversaires, des bancs d'en face lui disaient pourtant : "Tes seins honorent le parlement" ... Mais savoir si c'était sincère, je ne le sais!

Écrit par : Antigone | 12/10/2008

Plus facile de parler de ses attributs mammaires que de la pertinence de son discours politique ;-0 Ces deux là sont ses seuls arguments.

Au fait j'ai trouvé la réponse à ma question dans le 20mn : il s'agissait des 100 ans de la Société d'artillerie qui défilait samedi. Le journal dit que c'était sous le regard admiratif du public mais il n'y avait personne et ceux qui étaient là se tenaient les côtes de rire.

Écrit par : Rita Cadillac | 13/10/2008

Voilà enfin l'explication !
Si j'ai bien suivi toute l'affaire, les artilleurs avaient amené en tout cas deux obus.
Quoi de plus normal ?

mdr!

:o)

Écrit par : Blondesen | 13/10/2008

Je crois qu'il faut être sérieux deux secondes et se rendre compte qu'elle n'était pas contente de la remarque d'Eric Stauffer, alors elle est descendue en ville, pour se montrer ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 13/10/2008

Les gossips sérieux ça n'existe pas par définition. Mais laissons à la présidinde le plaisir de savourer ses dernières heures comme première citoyenne du canton avant de revenir dans la masse informe de ceux qui ne savent pas de quel côté de l'échiquier politique ils se trouvent et sont capables de défendre tout et son contraire.

Bonne semaine à tous, la mienne promet d'être... houleuse.

Écrit par : Rita Cadillac | 13/10/2008

Les commentaires sont fermés.