17/01/2009

Oh non! Encore lui !

Je nous croyais débarrassés de cette purge mais non il recommence... Antonio Hodger le chouchou de ses dames, nous remet une compresse pour la manif anti-WEF et comme pour le G8 il nous explique qu'il n'y a pas de danger, qu'il serait anti démocratique d'interdire etc... Fastoche quand on est à Berne de dire aux genevois « serrez les fesses, c'est un mauvais moment à passer! ».

Lire la suite

11:44 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

07/01/2009

Cry, baby, cry !

 

Ce matin entre la tartine encore beurrée et le café déjà trop cher je me fends d'une lecture du Courrier – normalement je ne fais pas ces choses là en public- et stupéfaction en page trois les jérémiades de notre ministre municipal de la culture sur une soi disant trahison. J'ai été obligée de commander un calva illico pour ne pas m'étouffer avec la mauvaise foi de ce larron.

Non content d'avoir torpillé une institution genevoise qui fonctionnait, le Centre pour l'Image Contemporaine, il se plaint de ce que des citoyens aient eu l'outrecuidance de lancer un référendum contre la très stupide et très ignorante décision de « transférer » -flinguer- les activité du CIC au profit de financiers de la place. Tout cela au nom de la création d'une « kuntzhalle » - supermarché de l'art contemporain- qui serait censée « valoriser » une collection de vidéo qui n'est d'ailleurs pas une collection....

Il aurait été trahit. Pauvre petite chose attaquée de toutes parts par de méchants amateurs d'images en mouvement qui lui refusent le droit à la bêtise de priver notre ville d'une de ses institutions phare au profit du porte monnaie de ceux dont on sait aujourd'hui les qualités de gestionnaires..... Si l'acte citoyen de lancer un référendum est considérer comme une trahison par l'un de nos édiles, il y a des raisons sérieuses de s'inquiéter pour notre démocratie. Plus encore, qu'il en parle publiquement laisserait à penser que pour le moins nos concitoyens sont totalement décérébrés quand ils confient le pouvoir à un triste sire de cette espèce.

Non seulement je signerais le référendum « sauvons St Gervais » mais j'invite tout le monde à le faire ne serait ce que pour lui prouver qu'une mauvaise décision peut et doit être remise en cause, que nous possédons tous les outils nécessaires pour cela et qu'en faire usage est un acte citoyen et pas une trahison à l'égard de St Mugny.


Et toc !

20:17 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook