10/11/2011

Ouf ! J’ai eu peur …

 

Un lendemain de commission des finances c’est comme le lendemain d’un dîner avec sa belle-mère. On fait gaffe à tout ce que l’on dit ça pourrait tourner mal et au matin on se repense toute la séance en faisant le tour de ses propres silences. Un exercice périlleux et fatigant. Bref encore une raison d’avoir la gueule de bois.

 


Dans ces séances, il y a ceux qui font joujou avec leur Ipad, pod bref leur téléphone, ceux qui ont leur ordinateur et prennent des airs compassés pour regarder un match de foot ou les blogs de la Tribune, y a les nanas toujours organisées qui ont les crayons qu’il faut, les documents qu’il faut et sont très attentives et y’a les cadors. Les seigneurs des finances, ceux qui ont tout vu tout lu et qui donnent, intervention après intervention, des conseils et des leçons à tous les abrutis que nous sommes. C’est ceux que je préfère. Qu’ils soient vendeur de chaussettes, avocat véreux, chef d’entreprise au chômage ou ex fonctionnaire, le fait de porter une cravate suffit à justifier leurs sentences.

Je dois dire que ces soir-là la démocratie a une drôle de tête surtout vers 22h30 quand après quelques verres de rouge le délire commence. Hier soir on a parlé sport, une vraie purge. C’est tout juste s’ils ne sortaient pas de leur manche une banderole aux couleurs de leur club favori. Inutile de dire qu’ils sont tous Migros data dépassée depuis longtemps et que le sport c’est dans un fauteuil qu’ils le pratiquent. Les mythes sportifs sont largement commentés et justifient les sommes faramineuses articulées. Quand on aime on ne compte pas et là plus personne ne s’émeut plus du déficit ou de quoi que ce soit d’autre. A tel point que de temps en temps il faut leur rappeler que c’est l’argent des contribuables et que tous ne partagent pas leur passion de supporters frustrés.

On vote presque comme un seul homme la somme demandée avec quelques recommandations bidons et hop ! C’est la fin de la récrée et on a octroyé 500 000 frs à des mecs pour jouer à la baballe. Qu’il n’y ait pas de place d’apprentissage, que des centaines de mômes décrochent de l’école à 15 ans et que l’on ne sache pas ce qu’ils deviennent, que l’école soit devenue une usine à produire des attardés qu’on retrouvera dans les stades à hurler comme des bêtes, ne semble pas émouvoir mes petits camarades. On doit subventionner le sport d’élite un point c’est tout !

Ouf ! J’ai eu peur de la page blanche ce matin mais en fait c’est la soirée d’hier qui l’était ! Je veux dire vide de réelles réflexions, mais coûteuse.

Lulu la nantaise

 

11:13 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

Toujours intéressanté. Cela dit n'oubliez pas d'éliminer les balises de mise en page que vous importez quand vous copiez collez votre texte. Marche à suivre ici: http://webzine.blog.tdg.ch/archive/2010/02/03/1.html

Écrit par : JF Mabut | 10/11/2011

Conférence par le Professeur George Steiner
l’Avenir du livre
Mardi 15 novembre 2011 à 18h15
Uni Dufour – Auditoire Jean Piaget
Entrée libre.

Écrit par : Patoucha | 10/11/2011

"On doit subventionner le sport d’élite un point c’est tout !"

C'est un scandale.

Écrit par : Johann | 10/11/2011

Les commentaires sont fermés.