20/01/2012

Amen !

Il était joli comme un cœur, ses 20 ans et quelques en bandoulière et l’insolence des certitudes dans le regard. Nous, les vieux briscards de la politique de gauche étions alignés comme des pots confiture devant les journalistes qui faisaient leur marché d’infos. Le froid et la tristesse de nos mises étaient à la hauteur du discours convenu d’un de nos camarades. Comme d’habitude je me sentais totalement exclue de cette scène et c’est avec un intérêt anthropologique que j’observais la tristesse, la fatigue, le désenchantement et l’habitude qui étaient de la partie. Chacun comptant ses années perdues dans le regard de l’autre.

Tout fier, le môme a levé fièrement la banderole de son parti. Comme je lui faisais remarquer que c’était d’un goût douteux car toutes les organisations de gauche, les syndicats et le MCG avaient pris part à la récolte de ces signatures déposées ce jour et que la récupération de ce travail par une seule organisation n’était pas de mise. Goguenard il m’a demandé « et toi qui représentes tu ? Comme tu changes sans arrêt de parti tu finis par être un parti à toi seule ! » J’avais bien trop froid pour me mettre en colère et c’est riant que je lui ai répondu «C’est juste, je ne défends pas UN parti, il a bien trop longtemps que les idéologies ont montré leurs limites. Je défends une certaine idée de la société et lorsque les partis, qui sont des outils, me paraissent obsolètes j’en change. Mais si tu veux que nous ayons une discussion plus théorique sur le « travail » politique, je suis à ta disposition. »

Coincés entre les motos et l’entrée sinistre du service des votations la « cérémonie » a continué imperturbable. Le Grand Timonier de la rue des gares a respecté à la lettre la liturgie de cette messe incontournable du dépôt des signatures. Chacun y est allé de son cantique et reçu l’absolution du Maître, lequel entouré de son petit groupe, a solennellement remis les signatures à une fonctionnaire totalement indifférente à de ce grand moment « révolutionnaire ». Curieuse, j’ai attendu le retour des croyants tout en papotant avec un autre athée comme moi. Le groupe s’est disloqué et d’un coup il n’y avait plus personne, plus d’unité historique, plus d’amitiés inter partis, rien que la bise et une vue imprenable sur le garage Mercedes d’en face.

Lulu la Nantaise

14:32 | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Facebook

Commentaires

Vous n'allez pas nous fredonner la marche héroïque encore plus longtemps, quant à votre petite hiérarchie faite sur mesure, laissez-moi pouffer, c'est bien ce que je disais depuis le haut de mes 14 ans, les extrêmes se rejoignent dans cette odeur populiste précédant la débâcle, merci à vous et vos camarades du MCG d'avoir fait ses derniers "glorieux" pas avant le précipice !!!

Écrit par : Corto | 20/01/2012

Que voilà une analyse politique pertinente, argumentée et intéressante et du haut de vos 14 ans vous faisiez la même chose tout seul sous couette ?
C'est vous qui avez dit que les extrémités se rejoignaient pas moi . Loll!

Écrit par : Lulu la nantaise, | 21/01/2012

Disons Lulu, qu'à la rue des Gares, j'ai, il n'y a pas 8 mois, lors d'une belle journée d'été, été témoin avec un ami d'un échange verbal à la table d'à coté illustrant bien mieux que les théories faciles, à cette table était présent un certain vlaneck entouré de trois ou quatre jeunes recrus influençables à souhait, vous savez, ce genre de personne sans tête mais néanmoins bouches bées. Nous n'étions, mon ami et moi, pas du tout à l'écoute des déclarations franchouillardes de nos voisins sectaires, mais quand le timonier de séant exclama cette conclusion des plus convainquante, ma respiration fit un contre temps, le tribun descendant d'un nazi de la ss venait de scander "ce ne sont pas les youpins qui vont nous faire peur" suivit d'un "on va pas s'agenouiller devant des youpins", je ne sais pas si nous parlons de la même rue des Gares ???

Écrit par : Corto | 21/01/2012

Corto,

Faut arrêter l'apéro de midi ça vous fait des hallus. Vous devez confondre avec vos propres amis.

Ce genre de diffamation n'a aucun lieu d'être et je ne publierai plus aucun de vos commentaires.

Écrit par : lulu la nantaise | 22/01/2012

Bravo lulu la nantaise, vous avez raison de ne plus publier les commentaires de cet écervelé de Corto (je ne mentionne plus son vrai nom sinon ce message sera censuré par Monsieur J.-F. M.)

Écrit par : Cramia | 22/01/2012

Non, vous n'avez pas raison. Corto peut être énervant mais il amène beaucoup. Les blogs, ce n'est pas le courrier des lecteurs, ce foutage de gueule intégral. Si vous tenez un blog, c'est que vous avez les moyens de rétorquer à ce genre de commentaires. Sinon, remettez-vous au tricot.

Écrit par : Géo | 22/01/2012

Lulu, le patron du bistrot peut témoigner, il était présent, de plus il m'a confirmé que ce genre d'étalage faisait légion, d'ailleurs c'est lui qui m'a communiqué le patronyme de ce type !!!

Maintenant comme beaucoup de "démocrates" helvétique, vous choisissez la censure à la syrienne, ne vous en faite pas tout est archivé et dans certains cas publié sur d'autre blog, concernant la diffamation, je vous attend au tribunal !!!!

Écrit par : Corto | 22/01/2012

c'est un parent ? http://www.quellesconnes.com/drh/

mdr.....

Écrit par : rhode | 25/01/2012

Non, c'est un clone !!

Écrit par : Corto | 25/01/2012

Les commentaires sont fermés.