13/02/2012

Elle est morte !

Lundi matin, au café du « Sabre et de l’Amitiés réunis » C’est pas la tristesse c’est un enterrement. Robert est en noir, Denise et Palu aussi mais lui il a une cravate blanche. Il est dix heures et tout le monde est encore au café…. Méfiage que se passe-t-il encore ? Dans le silence bruyant de la rumeur urbaine, j’entends le froissement des pages de journaux. Quelques habitués sont assis autour de la table ronde près d’une fenêtre. On croirait une bande d’étudiants en train de réviser leurs cours. Stupéfaction ! il y en a un qui lit le Monde d’hier et un autre avec le Courrier. L’heure est grave. Je m’assois à la table, personne ne bronche. Denise m’apporte mon café et me dit d’un air morne « ca y est, elle morte ! » « qui ça, Whitney Houston ? ». Tout le monde relève la tête et une de mes copines me demande « qui ça ? » « Ben, la chanteuse américaine ». On me regarde comme si j’arrivais directe de Belle Idée.

«C’est pas vrai, t’as passé le week end sous un buffet ou bien ? » Questionne Robert depuis la cuisine. Il arrive et me regardant droit dans les yeux il me dit, « la démocratie ma vieille, la démocratie ! » C’est définitif, je ne comprendrais jamais ces gens. « Depuis quand tu t’occupes de l’état de la démocratie, tu votes même pas, et toi Palu tu sais même pas ce que c’est ? » « T’as raison mais une baisse de 22% sur le salaire minimum moi je sais ce que c’est ! » Autant pour moi, il vient de me moucher. Denise ajoute avec une pointe d’irritation dans la voix « et ces abrutis de députés grecs y’z ont voté ! » On m’a changé mon bistrot pendant le dimanche ou j’ai des hallus ? Pourtant en prenant mes médics ce matin j’ai fait gaffe à ne pas prendre ceux de ma chienne. « Tu comprends, si ça c’est possible en Grèce le pays de la démocratie, comment ça va être chez nous ? » Je comprends enfin que tout le monde est inquiet, chacun imagine ce qu’il pourrait arriver si l’on se retrouvait dans la situation de sauver les banques ou nos salaires.

Je me souviens que mon père me disait, «  méfie-toi d’un peuple qui a l’air de dormir car ce n’est que d’un seul œil, à la moindre alerte tu le verras se lever tel une vague scélérate. » Comme je ne savais pas ce qu’était une vague scélérate je pensais qu’il s’agissait d’une personne plus ou moins malhonnête. Pour le moment le peuple n’a fait qu’ouvrir l’autre œil mais dans toute l’Europe on peut entendre le bruit du réveil. Si le café du « sabre et de l’amitié réunis » s’habile de noir c’est que l’heure est grave et qu’aucun potins ne détournera personne de l’intérêt que tous portent à la qualité de leur vie. Whitney est morte paix à son âme, mais ce matin il y a plus important !

 

Lulu la Nantaise

11:14 | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Facebook

Commentaires

ah, tiens, les commentaires disparaissent ? La loi du silence ....

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 15/02/2012

PS peux-tu effacer ces messages, il s'agit d'une erreur de ma part. Je te dois un kawa :)

Un cadeau musical pour me faire pardonner ...

http://www.quellesconnes.com/way-down-in-the-hole.mp3

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 15/02/2012

Les commentaires sont fermés.