03/03/2012

Les Colonels

Depuis quelques jours c’est l’effervescence au « Sabre et à l’Amitiés réunis ». D’abord la démission de Muller et maintenant les paris sur les candidatures. Tout le monde y va de son analyse politique et certaines valent bien une tournée. Robert court sous les couleurs Stauffer qui en a… Denise trouve que le p’tit Maudet n’est pas mal même si on a rien vu de ce qu’il a fait en ville. Palu regarde ahuris tout ce beau monde qui s’engueule, lui ne vote pas, il est français. La vieille dame en fauteuil roulant prédit que Chevrolet sera de la partie, ce que personne ne peut croire vu le râteau qu’il s’est pris aux élections ordinaires. Pour les socialos les avis sont partagés mais la majorité parie sur Salerno ou sur l’ancien Conseiller administratif, celui qu’a les cheveux gris… Personne ne se souvient de son nom mais tout le monde sait de qui on parle. Pour les verts ? Tous trouvent que le ficus Alder est largement suffisant. Quant à la gauche gauche… Ils ont tout envisagé mais pas moyen de trouver un candidat sur lequel on parierait. Je suis de leur avis. Les Verts libéraux ? Le challenger que personne connait mais qui intrigue, auront-ils le culot ? Les avis sont partagés mais pas franchement hostiles.

Le lendemain de l’annonce de la candidature à la candidature de Maudet, la tension est à son comble. Denise pavoise, les autres grognent « C’est un caniche de cirque, il fera inéluctablement des conneries, car faut bien les faire un jour, hein ? » « Avec sa tronche de premier de classe on lui fait pas confiance ! » « En plus, il est capitaine, on se méfie des gradés ! » « Le PLR grille ses cartouches » « On peut pas avoir un Conseil Administratif monocolore » « C’est pas la première fois qu’on aura deux radis au Conseil d’Etat, mais chaque fois c’était une catastrophe ! » la discussion bat son plein lorsqu’entre un homme. La petite cinquantaine, cheveux poivre et sel, costard cravate, un bon bourgeois. Silence méfiant des habitués du bistrot qui le regardent par en dessous. Il s’est perdu dans le quartier ou bien ? Denise lui demande ce qu’il boit, il commande un thé. Méfiage tout le monde retient son souffle… Il prend le journal, lit un moment et regardant Denise il s’exclame « Il nous manquait plus qu’un militaire au gouvernement et pourquoi pas un curé ? » C’est l’ovation. !

Chacun s’approche, lui sert la main en se présentant et lui offre à boire. La discussion reprend de plus belle. Au bout du bar je les observe en me marrant, je sais qui est le monsieur chic. Il participe d’ailleurs avec beaucoup de conviction aux invectives contre les fonctionnaires, les politiciens, les banquiers et les spéculateurs. Denise décide que comme on a un candidat capitaine on va se faire une tournée de colonels (sorbet citron +vodka). C’est la fête et il n’est que onze heures du matin. Le Monsieur repart en titubant après avoir poliment remercié tout le monde. Denise vient vers moi en rogne « t’es un vrai bonnet de nuit, pourquoi t’as pas participé ? C’était marrant, non ? » « C’est sa cravate qui te défrise ? » «  Non, mais c’est le chef des croque morts de St Georges, et j’ai pas envie de trinquer avec eux de mon vivant ! » La tête de mes copains valait bien cette révélation tardive, il y en a même un qui s’essuie la main sur son pantalon…

Lulu la nantaise

17:44 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.