28/04/2012

« Pétroleuse : n.f. Nom donné aux femmes qui allumaient des incendies pendant la Commune de Paris en 1871. Femme qui manifeste avec énergie.

Monsieur le journaliste du Courrier, bien-pensant, ne prenant jamais de risque, toujours dans la ligne et rasant les murs,

Je suis fière que dans vos gags provinciaux vous m’ayez traitée de Pétroleuse. Au vu de la définition il ne vous aura pas échappé, je pense, que ce terme est des plus élogieux pour une femme comme moi qui se bat depuis longtemps sur de nombreux fronts. Dans cette perspective je revendique donc haut et fort le dénominatif de Pétroleuse. Je vous remercie enfin de m’avoir comparée à ces femmes modestes de la Commune qui ont fièrement et courageusement combattu un système injuste et meurtrier. Elles restent aujourd’hui encore les héroïnes de la Commune de Paris.

Mon propos n’est pas de vous donner un cours sur la Commune, mais sur le langage que visiblement vous maitrisez mal. L’émission à laquelle vous faites référence en parlant de moi, n’était qu’un simple divertissement ! Comme il semble que ce mot soit banni tant de votre pensée que de votre pratique je vous en livre ici la signification : Un divertissement est une activité qui permet aux hommes d'occuper leur temps libre en s'amusant et de se détourner ainsi de leurs préoccupations. C’est pourquoi il n’est pas encore venu le jour où vous ferez taire mon rire, mon goût pour le beau parler, les vêtements élégants et la bonne chair car contrairement à certains groupes politiques qui ont vos sympathies, je ne fais pas une punition de mon combat politique. Aussi prenez garde que je ne devienne une VRAIE Pétroleuse,  de celles qui prendraient au sérieux la petite bourgeoisie frileuse et collabo que vous représentez et dans laquelle les enfants des faubourgs comme moi ne se reconnaissent toujours pas malgré tous vos efforts douloureusement prolétariens! »

La Pétroleuse du Conseil Municipal vous attend donc sur des barricades un peu plus solides et compromettantes que celles des idéologies figées et des clichés nécrosés !

Salika Wenger

16:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.