02/06/2012

Un soir d’été

C’est vraiment l’été qui arrive car Robert, le patron du café « le Sabre et l’Amitié réunis » a sorti les chemises manches courtes. Celle d’aujourd’hui est particulièrement seyante, rayures bleus et vertes sur fond jaune, une réussite surtout si l’on pense qu’il a dû l’acheter pour ses vingt ans… pantalon court et le bide à l’air, une gravure de mode j’vous dis ! On est tous au bar avec la barre car hier nous sommes allés en délégation à la fête de la gauche. No stress ! Je sais qu’on est plus tous jeunes, mais les autres ne l’étaient pas non plus. Au début on a pris une table, on s’est sagement assis autour pendant qu’un pote socialo allait nous chercher une bouteille et des verres. A la fin de la troisième bouteille et au début des prises de paroles… C’est comme ça qu’on appelle le bla bla politique qui se résume en général à « Votez moi, ou votez pour elle mais aux prochaines votez pour moi ! » Denise sonne l’heure du départ en se levant d’un coup « Moi je rentre, le pinard est trop mauvais ! »

 


On est tous d’accord sur ce point, en plus, y’a pas de musique valable et on n’aime pas cacahouètes rances. Le défilé des vieilles gloires politiques nous gonfle un peu, le sourire figé en bandoulière et la poignée de main franche du mec qui regarde autour de lui si on le regarde, ça va un moment. Nous voilà dans la rue, il fait doux, le soleil commence sa pause du soir, les garçons regardent les filles qui elles se regardent dans les vitrines. La ville se calme et nous on se choisit une terrasse peinarde. On sent que Robert est à cran mais on fait mine de rien pour ne pas provoquer l’explosion.

Robert ne résiste pas longtemps, « T’as entendu ces abrutis, pas un seul qui parle des problèmes bancaires ! » « Denise «  qu’est ce t’y connais à ces trucs ? » Et voilà le travail. Toute la table est en ébullition, ça fait des années qu’ils nous tondent comme des moutons, quand ils faisaient de l’oseille ils nous demandaient rien, d’ailleurs on en a jamais vu la couleur de leur blé, maintenant ils se plaignent de s’être fait prendre les doigts dans le pot de confiture et c’est les travailleurs qui vont payer etc… Tous ont oublié qu’ils ne sont pas dans leur bar habituel et que ce remue-ménage fait un peu désordre sur la terrasse de ce bistrot chic ! Pourquoi  je demande l’addition…? Grand seigneur Palu la prend, il écarquille les yeux et rappelle le garçon « Je veux juste payer les verres pas racheter le bistrot ! » Rires. Momo qui était resté là-bas arrive en soufflant, il nous cherche depuis au moins cinq minutes et nous annonce en riant qu’il en a une bien bonne, « Mais Lulu tu vas pas l’aimer…. Ton magistrat vient de se commettre le lapsus du siècle en demandant à l’assemblée de ne pas laisser l’extrême gauche prendre le pouvoir ! ».

Lulu la nantaise avec un mal de crâne grave !

20:46 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

On sent les élections prochaines à des petits riens, par exemple, hier à Cornavin, ils avaient enlevé les drogués. J'ignore s'ils leur avaient payé un petit tour en résidence surveillée, un peu de garde à vue ou une course d'école en forêt mais y'en avait pas un seul. J'ignore combien de temps ils n'ont pas occupé le lieu, mais c'était vraiment étonnant de ne pas en voir un dans le parc de l'église ni à la rotonde, comme quoi, les élections ça donne des ailes à certains ;)

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 05/06/2012

On sent les élections prochaines à des petits riens, par exemple, hier à Cornavin, ils avaient enlevé les drogués. J'ignore s'ils leur avaient payé un petit tour en résidence surveillée, un peu de garde à vue ou une course d'école en forêt mais y'en avait pas un seul. J'ignore combien de temps ils n'ont pas occupé le lieu, mais c'était vraiment étonnant de ne pas en voir un dans le parc de l'église ni à la rotonde, comme quoi, les élections ça donne des ailes à certains ;)

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 05/06/2012

Les commentaires sont fermés.