24/06/2012

C’est quand la lutte finale ?

Je sors de mon tram habituel. Le « Sabre et l’amitié  réunis » est encore ouvert, j’y passe pour voir les copains et boire une tisane avant de d’aller dormir. Y’a pas trop de monde seulement les habitués du soir, une petite dizaine, regroupés comme des oisillons autour de la télé. Je me mets au bar, Denise arrive avec un chiffon. Elle essuie nerveusement le comptoir et sans me regarder me demande « Qu’est que je vous mets ? » « C’est quoi le problème ? Bonsoir, et tu ne me mets rien du tout. Tu me sers un coca zéro, s’il te plait ma petite Denise avec de la glace et du citron. » Elle me regarde la bouche à l’envers. «  Tu nous prends vraiment pour des cons !  ON n’est pas assez bien pour toi peut-être ? Madame fait son numéro de 2ème vice-présidente candidate au Conseil administratif mais ne prévient pas les copains ? T’avais peur de payer une tournée ou quoi ? » Je comprends enfin le malentendu. « C’est ma candidature qui te défrise ? » « Non, Madame, ça me défrise pas mais ça m’énerve que t’en as pas parlé avant ! »

Je suis très embarrassée car je ne sais pas comment lui expliquer que c’est un concours de circonstances politiques qui ont fait que je suis obligée de me présenter. Il faut bien que le peuple s’exprime et le groupe municipal de la « gauche radicale »a décidé de se la jouer « il y a trop de risques pour les prochaines élections, on y va pas ! » Robert ricane « Ils sont bien tes potes révolutionnaires ! Y veulent faire leur révolution en laissant un fauteuil aux actionnaires et aux patrons ? » La vieille dame dans son fauteuil roulant rigole aussi en me disant « rappelez leur que si on refuse un combat on ne peut pas gagner celui d’après ». « Mon » groupe jubilait de m’avoir claqué le beignet avec une soi-disant promotion au bureau comme vice-présidente. Les mecs pavoisaient, ils ne m’auraient plus dans les pattes pour dire tout haut ce qu’ils n’ont jamais réussi à penser tout bas. Et paf ! Je reviens. Je ne raconterais pas l’Inquisition, l’hystérie des pom-pom- girls, la dynamique de groupe facho, les regards fuyants et les retournements de vestes, du dernier caucus mais j’en garde un souvenir impérissable… Un grand moment de camaraderie militante !

Je décide d’expliquer tout ça à ma copine Denise sans omettre les trahisons, le discours vaseux et hypocrite que l’on m’a asséné comme La vérité politique ultime alors que je savais que certains ne voulaient que sauver leur petit cul de combinards. Denise m’écoute attentivement et me regardant avec pitié elle dit « C’est moi alors qui devrais te payer un coup, ma pauvre ! » Elle me casse définitivement le moral. J’ai l’impression d’avoir pris dix ans en une soirée. Mon portable sonne et j’entends mon Jules qui rigole «  Tu t’es faite niquée, ils ont réussi à te faire la peau ? C’est pas à la droite qu’ils veulent faire barrage, c’est à toi !» Il rit de tout son cœur et me dit « allez, rentre je te fais un martini gin ! » qu’est-ce qu’y z’ont tous à vouloir me saouler ce soir ? Je suis juste candidate au Conseil administratif pas à l’échafaud… encore que.

 

Lulu la nantaise candidate

 

21:06 | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Facebook

Commentaires

Ne serait-ce pas la soif de pouvoir ou le désir de vous faire un peu de notoriété supplémentaire (à bon marché) qui vous "oblige" à vous présenter, contre l'avis de vos formations politiques d'extrême gauche ?

Écrit par : A. Piller | 25/06/2012

Avec ce type de discours "tous pourris", Lulu va ratisser large: un peu de MCG ravis d'embêter Bertinat, un peu d'extrême-gauche et passablement de râleurs. Ce qui sera insuffisant pour être élue. Au passage elle aura divisé la gauche (ça c'est tant mieux, gnark gnark). Dommage, elle vaut mieux que cela.

Écrit par : Séraphin Lampion | 25/06/2012

Mr PILLIER vos positions d'extrême droite ne vous posent, elles à ne pas réfléchir? et Mr Lampion vous souhaitez diviser une gauche qui au final mériterait mieux que ça ?
Les baufs d'EàG n'osent pas exprimer publiquement leurs positions et doivent passer par des commentaires anonymes sur le net ?

Écrit par : yan coco | 25/06/2012

@ yan coco : difficile à comprendre votre français et surtout ce qui vous amène à conclure que je serais d'extrême droite...
Je me posais simplement la question des vraies motivations d'une candidate qui postule pour un poste contre l'avis de son parti...

Écrit par : A. Piller | 25/06/2012

Monsieur Pillier, seriez-vous naïf ou faites-vous semblant ? Quel est le candidat à un exécutif à une élection qui a des motivations altruistes ? Quel est le candidat qui a un égo passant derrière les intérêts de son parti ?
.....
En ce qui concerne la pathétique division de l'extrême-gauche, elle donne à rire. Mais aussi à pleurer lorsqu'on voit que certains ne veulent pas de ce siège pour ne pas avoir un gouvernement "monocolor", un gouvernement de gauche qui n'aurait pas son membre de droite pour lui faire porter le chapeau... Quelle belle leçon de politique !!!

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 28/06/2012

1- J'ai passé l'âge de vouloir me faire de la pub bon marché, on me connait bien en Ville de Genève,

2- l'altruisme je ne sais pas de quoi vous parlez les uns et les autres. Il s'agit d'un combat politique et non d'un prêche religieux. Je défends une classe sociale bien précise qui n'a ni journaux, ni journalistes, ni communicants ni rien du tout pour dire que la vie n'est pas facile à Genève, que tout est cher, que les loyers ont prohibitifs, que les salaires ne sont pas aux rendez vous des travailleurs et que le chômage explose.

3- Je ne me présenter pas contre mon parti au contraire c'est mon parti "Le Parti du Travail" qui présente ma candidature. Ensemble à Gauche n'est pas un parti mais une coalition de plusieurs organisations politiques. Parfois nous sommes tous d'accord comme ce sera le cas pour dire non à la Constitution, et d'autres fois nous avons des avis divergeant... si ce n'était pas le cas nous ne serions pas des groupe différents.

4- La course au pouvoir... oui c'est normal lorsque l'on défend une certaine politique. Toutes les personnes qui se présentent à une charge élective ont envie ou besoin d'un certain pouvoir pour faire valoir les valeurs qu'ils défendent et les mettre en pratique.

5- Il est toujours hasardeux de spéculer sur les motivations des uns et des autres. Je préfère le discours et pratique politique aux analyses vaseuses qui postulent un désintéressement total. Je fais comme chacun en politique je me bats pour et avec ceux que je connais le mieux car je viens de là : les vrais producteurs de richesses... les travailleurs.

Écrit par : lulu la nantaise | 28/06/2012

http://www.roosevelt2012.fr/

"Il faudrait un truc du genre en Suisse ... 15 solutions contre la crise économique à appliquer d'urgence".

http://www.initiales.org/C-est-plus-grave-que-ce-qu-on-dit.html

Parce que sans vouloir presser nos élus, il est urgent d'oser prendre les décisions qui vont fâcher les gros de la finance.

C'est plus important que les problèmes d'égo de nos politiciens.

Écrit par : Doc Tata flingueuse | 28/06/2012

entièrement d'acoord avec toi la flingueuse. biz

Écrit par : lulu la nantaise | 28/06/2012

Les commentaires sont fermés.