17/08/2012

Surchauffe au "Sabre et à l'Amitié réunis"

Fenêtres ouvertes sur la cour j’entends les radios, les discussions des voisins et les rires des enfants. St Joseph sonne 21 heures et dans le ciel un nuage rosé me fait de l’œil. Le cirque Knie annoncé… c’est la fin de l’été. Tout à coup depuis mon balcon j’entends la grosse voix de Robert par-dessus un brouhaha indescriptible. A peine le temps d’enfiler quelque chose de décent et hop ! J’arrive essoufflée au « sabre et à l’amitié réunis » La salle du bistrot est comble, la coiffeuse de la rue derrière, le patron du bistrot d’en face, le concierge de mon immeuble, un groupe blackettes que je ne connais pas, deux copains radicaux qui n’ont rien à faire ici, plus les habituels Palu, Momo, la vieille dame dans son fauteuil roulant et tous les autres parlent en même temps.

Au moment où j’entre Robert m’aperçois « Enfin, tu te décides à venir ! On parlait justement de toi. » Je crains le pire. Denise m’observe depuis la cuisine en rigolant et Momo a l’œil pétillant de celui qui vient de faire une bonne blague. Robert grandiloquent « La question est la suivante, tu trouves normal qu’à Genève il y ait deux candidats catholiques ? » C’est encore plus grave que je pensais. Sachant que dans la salle à peu près toutes les religions possibles ou non sont représentées, que répondre ? En désespoir de cause je me tourne vers Momo, notre intello de service, mais rigolard il agite la main pour me dire « débrouille toi » Je tergiverse en commandant un café que je bois très, très, très lentement en réfléchissant à la manière dont je vais me sortir de ce guêpier.

 

Je n’avais pas pensé à cet aspect des choses, l’appartenance religieuse. Je connais les stats et je sais depuis longtemps que la ville n’est plus le fief exclusif des protestants. De là à prendre part à une guerre des religions alors qu’il est de notoriété publique que je suis une athée militante, c’est un peu… difficile. Un silence épais d’impatience tombe sur la salle et moi je suis dans bousier sans nom. Momo qui a décidé de s’amuser à mes dépends lance «Alors,  qu’est ce qu’elle dit la spécialiste de la formation de l’Occident chrétien ? Pendant des mois tu nous les as brisées menues avec tes schismes et maintenant silence radio. Y’a pas de recette pour cette situation dans la règle de St Benoit ? Vas-y ma vieille ! » Je lui lance un regard noir qui ne l’impressionne pas une seconde. Il se délecte de mon inconfort. Denise, bénie soit-elle, sort alors de sa cuisine et s’exclame «  Ici c’est l’espace public alors ceux qui veulent se lancer dans ces conneries de bagarre de religions vont se battre dans le petit parc derrière et nous en comptera les points. Celui qui gagne se fait rosser par Robert et celui qui perd bien fait pour lui. C’est compris ? »

 

Momo n’en peut plus de rire « sauvée par le gong, hein ? » puis faussement sérieux il me dit « t’es pas assez politique. Ce coup là tu aurais dû le voir venir ! » Comme s’il était possible de prévoir un coup de folie au « Sabre et à l’Amitiés réunis. » « Pourquoi ? » Il me répond à voix basse « Parce que personne ne sait rien du programme des candidats de droite alors il fallait bien discuter de quelque chose» Quant à Denise en passant près de moi elle me souffle « Je viens de te sauver les fesses ! Tu m’en dois une. »

Lulu la nantaise

 

10:27 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

mais pourquoi diable aussi mettre tous ces religieux sur des piedestals ? c'est vrai l'iconographie n'existe pas chez les protestants et si on a connu le célèbre curé Glasson lui avait vite fait de remettre les pendules à l'heure et de mettre les gens à l'aise en se joignant à tous les anciens de la Mob qui étaient dans les bistrot de l'époque.
La Rome dictatoriale n'est plus cependant en Romandie existe un air de Saint Barthélémy qui revient comme les hirondelles après chaque rentrées de vacance.Là tout le monde a envie de taper l'autre et comme les protestants sont en nette diminutions dans certaines régions depuis quelques années à cette période se rebiffent-ils aussi
Il suffit d'écouter le prêtre Gilbert pour se convaincre du mauvais rôle non pas joué par l'église mais certains officiants ou pratiquants qui courent tous les dimanches à l'église pour mieux recommmencer les rumeurs le lundi matin,les meilleurs chrétiens n'étant pas dans leurs rangs mais plutot dans les isolés,travailleurs de l'ombre préférant la solitude la leur à ne partager avec personne d'autre qu'eux-même et les anges éventuellement mais là faut-il encore faire attention y'a aussi des anges diaboliques

Écrit par : lovsmeralda | 17/08/2012

Des papistes à Genève!... Mon Dieu! Et si ils prenaient le dessus.

Alors attention! le choix des "bons" candidats reste très étroit comme Benoît XIII et III (qui font XVI)

Écrit par : Baptiste Kapp | 21/08/2012

Les commentaires sont fermés.