27/09/2012

Ni gauche, ni droite bien au contraire...

 

Le parti libéral s’empare de toutes les grandes régies publiques. Il y a fort à parier que ce cénacle prépare la privatisation annoncée de ces entités. Le peuple s’est exprimé à ce sujet mais le peuple ne pas très lourd face à des enjeux financiers de cette taille. Plutôt que de se doter d’un outil puissant de résistance les partis de la soi-disant gauche et le centre mou du Conseil municipal ont décidé de jouer avec le feu. Après avoir élu un représentant de droite au Conseil d’Etat ils s’apprêtent à faire la même chose au Conseil administratif. Comment justifieront –ils  leurs positions politiques l’année prochaine pour le Grand Conseil ? Qui croira encore qu’ils défendent les droits des citoyens plutôt que leurs propres appareils après un tel reniement ?

J’ai la faiblesse de croire qu’il existe encore dans notre cité des personnes  qui,  confrontées aux coups de boutoir d’une droite ultra-puissante, pensent que résister est une posture plus noble que collaborer. A tous ces petits bourgeois sans colonne vertébrale politique qui se prétendent de gauche je dis : «  S’il n’en reste qu’UNE, je serais celle-là ! » Aucune pression ne me fera plier.

 De Gauche je suis, de Gauche je reste !

Salika Wenger  

09:55 | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Facebook

Commentaires

Ces messieurs du PLR compte sans doute que le projet de la nouvelle Constitution (votation le 14 octobre prochain) soit accepté, car un article de la Constitution actuelle a été supprimé.

Il stipule :
« Aucune fondation de droit public ne peut être établie que par la loi ».
Vous comprendrez que cette suppression ouvre la voie aux privatisations.
SIG, HUG, TPG…etc, sont concernés.

Rien que sur ce point, le projet de la nouvelle Constitution est à rejeter !

Écrit par : Benoît Marquis | 30/09/2012

Les commentaires sont fermés.