Milice et délation

 

Quand ils sont venus chercher les communistes,
Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas communiste.

Quand ils sont venus chercher les syndicalistes,

Je n'ai rien dit,
Je n'étais pas syndicaliste.

Quand ils sont venus chercher les juifs,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas juif.

Quand ils sont venus chercher les catholiques,
Je n'ai pas protesté,
Je n'étais pas catholique.

Puis ils sont venus me chercher,
Et il ne restait personne pour protester


Certains noms font rêver, Oulan Bator, Tanganika, Samarkande, Copacabana. D’autres sont notre fierté : liberté, résistance, victoire, horizon, demain. Enfin, il en est que l’on ne peut prononcer sans une vague nausée, un sentiment de répugnance qui transperce l’âme et nous vide de notre humanité, milices et délations sont de ceux-là. Ils incarnent ce qu’il y a de pire dans l’inéluctable volonté de survie. J’étais trop jeune lorsque je suis entrée en politique pour comprendre ce que motivations voulait dire, la lutte contre l’injustice me semblait suffisante. C’est encore le moteur de mon action politique, mais « à la loyale » arguments contre arguments, classe contre classe. Or ceux que je considérais bon an, mal an, comme mes compagnons de lutte se sont organisés en milice aux Pâquis pour traquer et dénoncer les abus dans la construction… Je ne doute pas que ceux dont je parle soient certains de leur bon droit. Cet argument a toujours justifié la pratique de la lâcheté.

Convaincue par l’importance du débat citoyen je ne suis prête à soutenir la délation qui, à mes yeux  incarne la vengeance partisane. Je porte à bout de bras et contre vents et marées des valeurs d’égalité, de juste redistribution des richesses, d’accès aux savoirs pour tous et de justice sociale mais en aucun cas je ne suis pourrai soutenir des pratiques que tout mon être réprouve comme les milices et la délation. Souriants sur la photo, inconscients de la boîte de pandore qu’ils ont ouverte, il me fallait leur rappeler le célèbre texte de Niemöller et leur dire que dans le monde meilleur qu’ils prétendent défendre il n’y aurait pas de place pour les milices et la délation… Enfin je l’espère et suis prête à tout pour faire de cette espérance une noble réalité.

Salika Wenger


 

 

 

Commentaires

  • Comme vous avez raison. La Suisse est devenue un pays de délateurs, et cela au niveau de l'Etat lui-même. Que pensez-vous de la dénonciation aux États étrangers de leurs ressortissants qui fraudent le fisc en déposant leur argent dans nos banques? Ce n'est pas de la délation à l'égard de personnes à qui l'on a vendu notre secret bancaire comme une assurance, et à qui l'on doit certainement le niveau de vie de notre pays depuis la fin de la guerre?

  • Chère Lulu, quel beau couple! Voler à la défense des milieux immobiliers et du secret bancaire, tu te retrouve en charmante compagnie...avec M.Poggia.
    Saches que pour nous comme pour toi la délation est haïssable et que nous dénonçons des abus consternants, qui touchent précisément ceux que tu prétends défendre, que la spéculation immobilière est une honte, que le blanchiment est une réalité bien présente dans la pierre et que le silence de l'Etat n'y est pas pour rien.
    Vivement le 5 novembre et un bon repos.

  • Mon cher Guy tu viens de te justifier comme je savais qu'il serait fait.... La prochaine fois qu'une milice fera le ménage contre les sans statuts légals, tu leur diras que c'est des salauds... C'est très exactement cette boite de Pandore que vous venez d'ouvrir.

  • Salika Wenger vous aussi vous été une balance vous vous rappeler la manif pour la palestine moi j'oublie jamais je pardonne jamais .
    on plus je suis allez voir des syndicalistes pour leur raconter cette histoire
    ils m'ont dit que vous été folles
    j'ai mis votre face sur indymedia !
    vous serez jamais des notre vous faite juste de la propagande .

    vous savez qui je suis inçi
    je vous laisse mon adresse ip au cas ou vous voulez porter plainte
    je pense que vous N'oserai pas le faire vous n'avez aucun courage et la gauche n a aucun réspect pour vous il est temps de dégagé.....
    NI DIEU NI MAITRE
    je vais être sympa je vous laisse un lien sur mon blog BB

    les personnes au paquis des vrais militant ils sont souvent la ou en vous voie jamais dans la rue vous la rue vous l'avez perdu .

    vous me laisser un peut de temps je vais remettre la phots de vous au j'ai écrit police sur votre front
    une chose est sur votre nom ne fait rêver personne il est temps de prendre votre retraite .
    dégage
    votre article est claire est il vous ressemble de la délation y a de la place a la police municipal maudet engage .....
    en plus vous rassurer les électeurs de droite ! avec votre articles,
    vous ne serez jamais des nôtres jamais
    j'ai vraiment que du mépris pour vous
    vous ne serez jamais de nôtres nous les fliques on aimes pas .

  • Et bien en voilà un qui a tout compris ! Décidément j'adore la politique.

  • Haaa ben Z.U.T alors !!! Quel langage, quel français, quelle orthographe...
    Vis aviz raison Lulu, c'est mignifique la pilitique.

  • Les maîtres ne sont pas à choisir, mais à destituer !
    L’école outil de Sélection
    ou comment détruire la vie d'un(E)enfant ((A))12
    ANS héhééhé UNE VRAI PORCHERIE CETTE VILLE

    le pire !
    madame a participé à ce système criminel

    Voilà c'est fini
    vous n'avez pas de sous!
    pour acheter votre place comme le plr ou le pdc ....
    le peuple n'est pas dupe il vote plus héhééhéh

    faire semblant est un crime .

    Finir sa carrière en Trahison les siens...
    le courrier a fait du très bon travail
    https://www.youtube.com/watch?v=H22yv2c-gKY

    je vous laisse un autre lien cette fois héhéhéééh
    la Nouvel Génération héhééhéhéh dégage
    finalement je vous méprise pas est je vous Souhaite une très bonne retraite .
    NI DIEU NI MAITRE NI COLLABO
    Z.U.T

  • Je ne sais pas qui vous ête Z.U.T. mais probablement mec très ignorant et très imbu de lui même. C'est la dernière fois que je publie vos délires de paranoïaque et faites moi le plaisir d'aller insulter ceux dont vous vous plaignez en permance. Je ne vous salue pas.

Les commentaires sont fermés.