24/01/2013

Grande réouverture !

 

Le café du « Sabre et de l’amitié réunis » était fermé pour travaux depuis un mois et demi… Ça tombait bien car Denise avait mal aux jambes, Palu a hérité d’une baraque familiale dans son village natal au fin fond de la Savoie. La vieille dame au fauteuil roulant, paix à son âme, nous a quittés. Momo s’est fait nommer à Paris dans une Ecole dont le nom seul me donne des complexes. Lulu la nantaise avait, pour quelques temps, repris la route des trottoirs de Manille et Robert trainait son spleen dans les bistrots à l’entour.  La Bérézina !

Ce matin nous voilà de retour, le bar a été refait « style ancien » ? Un carrelage blanc remplace l’ancien qui n’avait pas de couleur définie autrement que par jaune verdâtre, la cuisine est nickel chrome et devant ses fourneaux Denise me parait très altière. Palu est au comptoir et Robert  heureux pose les nouveaux rideaux. Ça sent bon la peinture fraiche, le café, le détergeant et les bonnes résolutions. Y’a une nouvelle qui fait la salle. Une petite jeune fille qui ressemble à une souris et que Robert et Denise nous ont présentée  comme une cousine. Comme elle parle avec un fort accent russe nous savons tous que c’est une cousine à la mode de Bretagne. Denise m’a glissé dans l’oreille qu’ils l’ont trouvée un soir qui dormait dans la cour. Elle pétille parmi les tables et son rire en cascade est un enchantement, tout le monde craque, on l'a déjà surnommée "Clochette" comme la fée. Momo et la vieille dame nous manquent et ce n’est que le premier jour.

Dans le fond il y a maintenant un vrai local fumeur et ce matin tout le commissariat d’à côté est venu fêter la réouverture. Je vais saluer les keufs du quartier et fumer une clope avec eux. J’en remarque un et au moment où je tourne la tête je vois Denise qui m’observe en souriant avec l’air de dire « je suis d’accord avec toi, c’est une bombe. »  Je vais faire un tour dans la cuisine mine de rien et j’attends que Denise ait fini de touiller son pot au feu. « C’est qui ? » Elle sait très exactement de qui je parle « C’est un syrien qui vit à Genève depuis au moins 15 ans. » « Tu crois, que  là-bas ils en ont beaucoup des comme ça ? » Denise « Il y'en avait peut-être mais en ce moment avec les évènements ça commence à manquer » Surprise que Denise connaisse tous ces détails « tu te mêles de politique étrangère maintenant ?» « T’as vu la tête de ma cousine et celle du flic, faut s’tenir au courant pour pas perdre le fil de la vie. » « Momo et la Vieille dame sortez de ce corps !»  Robert, toujours à l’affut nous lance en rigolant « C’est la Genève internationale façon prolos quoi ! » Déclanchement d’une vive discussion autour du bar. Cafés-calva pour tout le monde et la vie reprend au café du «Sabre et de l’Amitié réunis »

C’est bon d’être de retour parmi les miens, car s’il fait froid dehors c’est chaud à l’intérieur… Ailleurs c’est le contraire et des ailleurs y’en a pleins.

Lulu la nantaise philosophe.

 

17:34 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.