02/02/2013

Après chômiste, un nouveau métier : stagiste

 

bre et de l’Amitié réunis » j’épluche les patates pendant qu’elle s’occupe des rognons de veaux. Dans la salle Clochette prend son premier cours de français avec une vieille instit qui habite plus haut dans la rue. Denise très maternelle observe la scène du coin de l’œil.  Robert lit le journal accoudé au comptoir et Palu bidouille dans la cave. Depuis quelques jours on a un nouveau : trente ans pas plus, belle gueule, son ordinateur greffé, silencieux à faire frémir et amateur de lait menthe… ça fait trois jours qu’il ne décolle pas de la petite table au fond. Il arrive le matin, déjeune d’un sandwich et reste jusqu’à la fermeture à tapoter sur son ordi. C’est pas un SDF, il est trop bien sapé. J’en parle à Denise elle me dit « c’est un étudiant qui s’ennuie dans son studio.» « C’est lui qui te l’a dit ? » « Non, mais j’imagine … » Robert qui nous a entendu se dirige droit vers le jeune homme.

« Salut, moi c’est Robert, je suis le patron. » Le jeune homme sans relever la tête « Salut. » « On peut savoir ce que vous faites toute la journée sur votre ordi ? » Le jeune homme regarde Robert, s’arrête de travailler et sourit. « Je suis stagiste et je cherche du boulot en ligne pourquoi ? » Robert pris au dépourvu reste sans voix. Une nouvelle race de clients chômeurs ça se voit pas tous les jours. Robert sourit, il ne comprend rien mais il vient de se découvrir son nouveau chouchou et lui offre un verre de lait menthe. Robert se lance « et le Mali, vous en pensez quoi, vous ? » Alerte rouge ! Denise, Palu, l’instit et moi arrivons en courant pour éviter le pire. Robert « Moi je pense que le respect de tous ça commence par pas bombarder une poignée de grelus à dos de chameaux avec des lances- pierres et pas par le mariage pour tous. » Il avait bien commencé et hop ça dérape. Le jeune homme tape sans regarder son clavier, il observe toute la bande autour lui et se présente « Salut,  j’m’appelle Damien. » Denise « c’est quoi stagiste ? » « C’est des gens comme moi qui ont fait plein de stages mais n’ont aucun vrai boulot. » Palu résume « donc c’est un chômeur avec un ordi ? ». 

La vieille institutrice s’assied et regarde par-dessus l’épaule de Damien, « C’est bien, vous ne faites pas de faute d’orthographe. Le Mali n’a pas de chance. Il est coincé entre des pays très riches en matières premières et envahis par les transnationales. Tout le monde se fout de Tombouctou et de ses bibliothèques mais pas des puits de pétrole. » Wahou ! Elle est calée la vieille. Damien sourit « Vous êtes une femme de gauche ?» C’est plus une affirmation qu’une question. «Plus que vous ne le croyez jeune homme et j’en suis très fière. » Denise me chuchote à l’oreille « J’espère qu’elle va pas lui chanter l’International ! ». Chacun retourne vaquer à ses occupations sauf Robert qui reste collé à la table à regarder Damien pianoter sur son clavier. « Et vous Robert ? Où vous situez vous politiquement ? » « Ben, moi j’ai pas de parti mais je réfléchis c’est tout ! » Le rire commence au fond de la cuisine et s’étend jusque dans la salle. Tous les clients rigolent et Denise qui essuie les larmes de son fou rire ajoute impitoyable « Si tu faisais les tables au lieu de dire des conneries ? »

Lulu la nantaise

16:24 | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Facebook

Commentaires

Un fait économique simple: plus les pays ont des réglementations qui protègent les emplois (interdiction de licencier, salaires minimums, etc.) et plus il y a de chômeurs et plus le salaire médian est bas, parce que moins il y a d'emplois.

Ce n'est pas un hasard si la Suisse, pays le plus libéral d'europe avec la réglementation la plus faible du marché du travail est celui qui a le chômage le plus bas. Ce n'est pas un hasard non si au contraire, les pays les plus réglementés comme la Grèce, le Portugal l'Espagne ou la France ont les taux de chômage les plus élevés.

La plupart des mesures que les gens de votre parti défendent conduisent mécaniquement à la raréfaction des emplois et à la baisse des salaires. Il est assez cocasse de voir que ce sont ensuite les mêmes, qui se plaignent de l'existence de working poors, de chômeurs ou comme ici, de stagistes.

Le plus souvent ce sont des politiciens qui n'y connaissent rien en économie qui sont favorables à ces réglementations contre-productives. Je n'oserais dire que ce sont des charlots imbéciles et ignorants ce serait les insulter. Par contre, après chômiste et stagiste, vous me permettrez d'ajouter une nouvelle catégorie spécifique aux courants d'extrême-gauche: c'est fumiste.

Signé: un économiste.

Écrit par : mais tout à fait | 03/02/2013

Si c'était le pétrole qui intéressait, les autres pays européens auraient participé au conflit. Mais l'uranium du Niger, celui qui est en train d'être renégocié avec Areva, voilà qui semble un bon motif d'intervention. Le président Nigérien s'exprimait sur TV5, c'était très intéressant de l'entendre expliquer qu'il trouve que leur uranium ne leur rapporte pas assez et que le contrat avec Areva est en discussion actuellement.

Et une dame qui revient sur le devant de la scène, c'est Anne Lauvergeon
http://lauer.blog.lemonde.fr/2013/01/29/presidence-deads-anne-ma-soeur-anne/

Je n'y vois pas un quelconque signe de grand complot, juste que le calendrier politique est toujours truffé de coïncidences ;)

Écrit par : DocMartine | 03/02/2013

Les commentaires sont fermés.