04/03/2013

vive les règlements qui réglementent !

 

Encore un matin au « Sabre et l’amitié réunis » je rentre directement par derrière dans la cuisine. Denise assise à sa table écoute les infos. Je fais mine de vouloir parler mais elle me fait signe de la fermer. Visiblement elle attend un sujet qui l’intéresse. Deux minutes plus tard c’est la météo. Elle soupire en augmentant le son. Rien de nouveau, il va peut-être faire beau à moins que ect. Elle éteint la radio. « Tu vois c’est toujours comme ça, en vrai ils ne disent rien » Moi de bonne humeur « C’est peut-être qu’il n’y a rien dire : » « Fous-toi de moi aussi ! ». Nous allons dans la salle ensemble. Elle me tire un express et se sert une grenadine à l’eau. Tout est calme, Robert fait des mots croisés, Palu regarde la télé sans le son et quelques clients feuillettent les gratuits. Clochette est sur ses devoirs de français au fond.

Tout à coup la porte s’ouvre brusquement et trois mecs entrent. Deux grands et une demi-portion à l’air sévère. « On peut voir le patron ? » Robert lève le regard sur cette bande hurluberlus. « Quoi encore, la couleur des tables n’est pas réglementaire ou c’est la machine à café qui fait trop bruit ? » Visiblement Robert les connait bien. Il ne bouge pas de son siège. Sa garde prétorienne, toutes les personnes présentes, fait un petit pas pour se rapprocher du patron. « C’est quel règlement qui est violé cette fois ? » le minus est un peu pris de court et les deux autres qui n’ont rien compris et ne pipent pas mot. Le « Sabre et l’Amitiés réunis » est harcelé depuis des mois par un nain qui fort de son pouvoir momentané de délégué ad intérim à la censure, à décider de faire la peau à liberté d’expression. Afin d’avoir une taille qui lui permette d’affronter un homme normal la demi portion se hisse sur un des tabourets du bar. La mauvaise humeur commence à monter aussi.

Le stroumf se racle la gorge, qu’il a très profonde… Et d’un ton mielleux suspect il susurre « J’aimerais rencontrer la personne propriétaire de la patente de cet établissement. » Notre copine l’instit arrive au même moment et demande « On parle de moi ici ? » Eclats rire général, l’avorton se tortille telle une anguille sur son siège trop haut et demande : « Etes-vous, Madame, la détentrice de la patente ci devant supendue ? » Elle le regarde un peu étonnée, éclate de rire « Et oui, mon bon Monsieur, j’en suis la détentrice. Et s’il vous prenait l’envie de me questionner sur le nombre d’heures que je passe dans cet établissement je vous répondrais : beaucoup trop ! » et paf ! Imperturbable elle le regarde bien dans les yeux et continue « Et vous Monsieur, de quel pouvoir êtes-vous le détenteur ? » Le nabot, drapé dans sa dignité offensée par cette question triviale, répond « Mais de celui de l’Etat, Madame. » « Donc vous êtes à notre service, Monsieur. » Elle tourne les talons sans le laissé répondre. Tout le monde reprend ses occupations matinales et lui reste perché sur son siège trop haut qu’il devra inéluctablement quitter pour redescendre sur terre.

Lulu la nantaise

10:55 | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Facebook

Commentaires

Nelly, vous volez à gauche, et défendez avec aisance un politique humaniste sans chichis. Moi je suis résolument à droite, avec la même sincérité, et les mêmes ambitions. On fait la paire. Je me réjouis de vous connaitre un peu plus. Personnellement.

Écrit par : Pierre Jenni | 04/03/2013

Une militante d'extrême-gauche qui se plaint de l'arbitraire de l'état lorsqu'il devient omnipotent, c'est un peu comme si un libéral se plaignait des conséquences de la liberté......

Écrit par : mais tout à fait | 05/03/2013

Cette fable n'illustre pas l'arbitraire de l'état mais la prétention au pouvoir des petits chefs frustrés et il en existe partout....

Écrit par : lulu la nantaise | 05/03/2013

effectivement, il est étonnant de voir qu'une élue de gauche sombre dans la "chasse au fonctionnaire de base", terrain privilégié des libéraux purs et durs (tendance Lüscher) et des piliers de bistrots nourris aux journalisme d'investigation sauce GHI.
Ce n'est pas à vous que j'apprendrai qu'un fonctionnaire ne détient que les pouvoirs qui lui sont conférés par des textes formels, qu'il doit pouvoir justifier de l'utilisation de ses pouvoirs et qu'il existe des recours si on estime qu'on est mal traité.
Ce billet est puant à plusieurs égards par les messages qu'il véhicule et la manière de penser qui le fonde :
- d'une part il y a cette caricature du "vivre ensemble" actuel : il y a des règles pour tout le monde et tout le monde doit s'y astreindre. Mais bon MOI ET MES PROCHES, on a des bonnes raisons de ne pas s'y astreindre et d'avoir un traitement spécial, alors faites-nous pas chier et chercher ailleurs.
- d'autre part, c'est facile de s'en prendre au mec qui se retrouve entre le marteau et l'enclume. Oui, le petit nabot n'est rien d'autre que le mec qui est censé appliquer et faire respecter les lois et les directives qui ont été votées par d'autres (tiens, des députés par exemple, comme vous en êtes) auprès des citoyens qui refusent et contestent ces lois.
C'est une chronique ordinaire de la lâcheté de la gestion de la chose publique actuelle : celles et ceux qui ont la marge de manœuvre et la vraie responsabilité (fonctionnaires au-dessus de la classe 21 et législateurs) sont incompétents et médiocres et font des directives qui leur ressemblent. La population relève l'idiotie de ces directives. Les mêmes qui ont édicté ces idioties, lâchement, cachent leur incompétence en livrant à la vindicte populaire les types chargés d'exécuter les conneries qui leur sont imposées. Moi je suis à l'intérieur et je le crie bien fort : L'INCOMPETENCE DANS LA FONCTION PUBLIQUE DEBUTE AVEC LA CLASSE 21 ET, ENCORE EN AMONT, DANS LES PARLEMENTS. Après, telle une rivière - un torrent à Genève - elle se déverse le long de la hiérarchie, du haut vers le bas.
- Enfin, étant donné la manière dont vous êtes faite, je serai vous, je n'abuserai pas des plaisanteries touchant au physique. L'effet boomerang pourrait être dévastateur.
Bref, ce billet est minable. Il ne fera rire que les minables.

Écrit par : mon nom | 05/03/2013

C'est marrant que tous les commentaires que j'ai reçus fassent allusion aux fonctionnaires ! Il faut croire que j'ai toucher un aspect sensible de la vie de chacunm, mais pour ce qui me concerne je n'ai aucun problème avec les fonctionnaires quelle que soit leur classe . Lol !

Écrit par : lulu la nantaise | 05/03/2013

Moi j'ai un problème avec les fonctionnaires de classe "supérieure", je pense qu'il faudrait limiter les gains de ces fonctionnaires.

hum

Ceci dit, j'viendrais bien boire un café tout en croquant des macarons dans ton bistroquet un de ces quatre. J'espère que tu vas bien et j'vous claque la bise à toi et à ton mec. A bientôt

Écrit par : Doc Tata Flingueuse | 06/03/2013

Les commentaires sont fermés.