14/03/2013

Les naufragé

 

Denise est assise devant la radio de sa cuisine. A ses côtés tous les copains et clients du « Sabre et de l’Amitié réunis » Pour une fois c’est le silence. Je m’approche et je comprends qu’ils sont suspendus aux nouvelles météorologiques. Je mets les pieds dans le plat « Vous avez peur de la neige ? ». Robert aboie « Y’a Momo qu’est sur la route il devait venir nous voir. On est inquiets, on a pas de nouvelle » A ce moment précis le téléphone sonne. Denise se précipite. « Oui, allo ? Enfin c’est toi. Elle nous dit c’est Momo ! T’es où ?» Elle met le hautparleur et on entend notre copain qui éructe dans l’appareil, « C’est pas important où je suis bande de nazes. Dites à Lulu de vous montrer l’article du Monde sur Peres qui veut que les arabes se battent entre eux. Je vous rappelle dès que je peux. »  Robert  ahuri « Il est vraiment à la masse ! »  Tout le bistrot me regarde. Je lance le journal sur la table. Le chef : Robert lit l’article à voix haute. Fin de la lecture… silence. La coiffeuse et Palu se regardent un peu stupéfaits puis éclatent de rire. « C’est ça les intellos de gauche, la maison prend feu mais ils dissertent sur  l’étincelle. » Jolie formule que nous  devons à Damien, le chômeur sur ordi.

« C’est drôle quand même il aurait dû nous parler de la mort de Chavez ou du nouveau Pape...»  encore une réflexion de Damien.  Pas moyen d’appeler  Momo sur un portable il est contre. Les clients entrent et sortent, les trams vont et viennent dans la rue triste et grise d’un hiver qui n’en finit plus.  « Je me demande où il est ce moment ? ça doit être un de ces naufragés de la route ?»dit Denise.  Eclat rire sonore du fond de la salle, Momo entré en douce par derrière, écoutait nos commentaires.  Rugissements de Denise qui se jette sur lui et l’agonie d’injures dont certaines me sont totalement inconnues et pourtant je suis balèze dans ce domaine. « On se calme, je suis à Genève depuis la fin de la semaine dernière car je dois donner un cours. Elle est pas bonne celle-là ? Je viens de Genève, je suis engagé dans une école française qui me charge de donner un cours à Genève ? » « Donc quand t’as téléphoné tout à l’heure t’étais dans la cour ? » « Ouaip !  Et c’est comme ça que j’ai appris que vous vous intéressiez plus à l’élection du pape qu’au sort de la Syrie.» Denise de plus en plus en colère « ça veut dire que t’as un portable et qu’on a pas ton numéro ? »

La bagarre va commencer quand L’instit retraitée arrive. Voyant Momo elle s’écrie « Non mais t’as vu l’appel de Peres ? Il nous prend pour des abrutis ! Tous les arabes devraient se battre pour installer une démocratie à l’américaine ? Comme en Irak peut-être ?  » « Depuis quand t’es arabe toi ? » « Depuis toujours je suis d’origines siciliennes » Elle se pose à la table de Momo, ils commandent un café et discutent sous le regard bienveillant des autres clients qui se foutent totalement de la situation au proche Orient.  Damien sans lever la tête de son ordi « La seule chose qui les intéresse vraiment  c’est de savoir s’il va neiger ou non ? » Momo tourne la tête vers Damien « C’est qui ? » Robert fière de son nouveau pote « C’est le nouveau, il est stagiste.  La petite c’est Clochette, elle est russe. » Momo reste un moment silencieux, puis commente « Des  naufragés, en sorte ? » Pendant que Denise tire son énième café, certains se referment alors sur la grisaille discrète de ceux qui savent ce qu'est un naufrage de la vie.

Lulu la nantaise

16:00 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook

Commentaires

"C’est ça les intellos de gauche, la maison prend feu mais ils dissertent sur l’étincelle." Rien que pour ça, c'est un plaisir de vous lire. faudra tout de même songer à l'ouvrir, ce bistrot-fantôme. The Flying Nantaisewoman ?

Écrit par : Géo | 14/03/2013

J'étais tellement émue que j'ai oublié le S de réfugiés...

Écrit par : lulu la nantaise | 14/03/2013

Et tellement émue que vous confondez naufragé et réfugié ?

Écrit par : Géo | 14/03/2013

Voilà un lapsus bien placé !

Écrit par : lulu la nantaise | 14/03/2013

Les commentaires sont fermés.