08/04/2013

La main dans le pot de moutarde extra-forte !

 

« Si j’avais 16 millions d’euros je jouerais pas au ministre à deux balles. Je me tire et Ciao bamboula,  je vais me la couler douce au soleil ! » « Le Sabre et l’amitié réunis » est en effervescence. Un de nos potes  frontaliers est arrivé ce matin avec la haine. Il vient de recevoir ses impôts et comme il est indépendant il paie tout plein pot.  Damien, qui rigole dans coin nous lance « Moi pour cette somme là je mens même au Diable les yeux dans les yeux. » Tout le monde se marre et recommande une tournée. Robert en super forme « Vous avez lu le journal du dimanche ? Il parait qu’il y a un ministre de Mongolie qui aurait aussi des comptes  planqués. » Interrogation collective,  Denise « Et alors ? On s’en tape de ton mongolien, c’est pas lui qui nous explique qu’il faut se serrer la ceinture. » Chacun opine du chef en silence. Palu ajoute, « Nous ce qu’on veut c’est prendre nos propres escrocs la main dans le pot de moutarde ! » J’interviens « on dit de confiture, dans le pot de confiture ! » « Peut-être avant, mais avec ce scandale ta confiture elle a tourné moutarde extra-forte ! »Cette fois c’est moi qui rigole.

L’instit’ retraitée et notre coiffeuse espagnole locale sont assises toutes les deux avec des airs de comploter l’assassinat du duc de Guise. En retrait de la discussion collective du bar, dans le coin près de la fenêtre elles chuchotent. Robert donne un coup de coude à Denise. Quand elle se pointe à la table silence et sourire hypocrite. Denise « Ben, on vous entend pas. C’est quoi le problème ? » Très classe et subtile comme toujours avec elle. Notre coiffeuse de choc, un  peu gênée,  remet ses cheveux en place, qu’elle a toujours violets mais auxquels elle a ajouté des mèches rose fluo parce ça fait plus jeune… Quant à l’instit’ elle regarde ses mains comme si elle recomptait ses doigts. « Accouchez, c’est mal élevé de parler dans le dos des autres ! » Dit Denise qui commence à s’énerver.  L’instit me regarde par en dessous et demande «  Et toi Lulu, tu gagnes combien ? C’est pas qu’on a pas confiance mais tu vois… » Celle là, je la sentais monter depuis quelques jours. « Au taff ou en politique ? » Un client un peu ivre « C’est la même chose ! » Les copains le font taire mais attendent une réponse. Je vais sur le tableau des plats du jour et avec  la craie et je leur fais la liste très courte de mes revenus avec les détails.  Robert effaré «  Mais tu bosses pour des clous ! » Clochette qui n’en perd pas une miette « A l’âge que dame avoir, ça est normal ! » Les rires se propagent comme un feu de paille et la nouvelle  tournée de kirs aussi. C’est sûr que les trottoirs de Manille rapportent plus, mais elle a raison la p’tite, j’ai plus l’âge.

 

Lulu la nantaise

17:40 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.