19/06/2013

Une nouvelle race de socialos

 

Berset aura dégainé l’égalité entre hommes et femme de l’âge de la retraite beaucoup plus vite que l’égalité des salaires à travail à égal. C’est le nouveau trend chez les socialistes du Conseil fédéral que de mener une politique pour le moins anti-sociale. En plus de nous avoir présenté une énième révision du droit d’asile odieuse voilà que Berset  s’attaque injustement aux couches les plus en difficultés… les femmes. Non seulement il aimerait nous faire travailler jusqu’à 65 ans mais en plus il nous gratifie d’une hausse des cotisations LPP afin de toucher la même rente que les hommes. C’est trop de bonté Monseigneur mais nous n’avons toujours pas les mêmes salaires ! A force de faire allégeance aux politiques de droite  ces socialistes-là ont la couleur des traitres « pinkose ». Par avance je présente des excuses à tous les socialistes que je connais et qui n’ont pas oublié ce qu’ils sont sensés défendre : la justice sociale, faute de nous suivre sur la répartition des richesses produites par les travailleurs.

Comme on n’arrête pas le progrès, l'âge de début de cotisation pourrait être abaissé à 18 ans, je pense que c’est sur les revenus des stages non rémunérés et des bourses d’études que seront prélevées ces cotisations, parce que du boulot en ce moment y’en a pas… Une dernière couche,  la déduction de coordination LPP pourrait aussi être revue afin qu'une plus grande part du salaire soit soumise à cotisation, pas la part des patrons, Nan, nan, nan ! Celle des travailleurs. Monsieur Berset est un peu jeune pour avoir assisté à la création de son parti et peut-être ne comprend-t-il  pas ce que « socialisme » signifie mais il semble parfaitement en phase avec la dérive bourgeoise de celui-ci.

J’ai gardé le meilleur pour la fin, la noisette sur le gâteau, Alain Berset envisage aussi une hausse de la TVA. De tout temps la gauche s’est opposée aux taxes qui sont injustes car elles ne dépendent pas des revenus. Faut-il rappeler à ce Conseiller fédéral de « gôche » que le franc n’est pas le même quand on a  1 million ou 2 milles  Une fois de plus cette mesure se  fera  sur le dos des personnes le plus en difficultés, les mêmes qui travailleront plus, qui cotiseront plus avec comme unique perspective la défense de droits normalement déjà acquis… Il est où le progrès social, Monsieur Berset ?

Salika Wenger

11:32 | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Facebook

Commentaires

Et si, le franc est bien le même, Lulu.

Il est sur que quand on 2'000 on peut difficilement dépenser plus de 2'000 francs
Tandis que quand on a 1'000'000 on peut claquer un peu plus d'où cet impôt sur la consommation.
Ce qui est plus dégueulasse c'est le taux bas pour les livres en France et les autres exceptions culturelles et le taux élevé pour les loisirs plus populo télé, timing et autres....
Il y a qu'à militer un peu plus fort pour le mariage pour tous et suggérer aux gonzesses de se manquer pour profiter de la tune de leur mari..... C'est pour ça que la pension de réversion existe.

Finalement vous ne luttez que pour l'égalité qui vous arrange. Vous êtes un peu une prolétaire bourgeoise.

Écrit par : Ça c'est fait | 19/06/2013

Le Peuple Suisse a choisi en toute connaissance de cause de faire perdurer ce système infâme d'élection du Conseil Fédéral par le Conseil National.

Voila le résultat.

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 19/06/2013

Je dirais plutôt que, comme tous les socialistes qui ont un jour accédé à un exécutif, il montre son vrai visage : Celui de l'opportunisme et de l'individualisme.

Il n'y avait que quelques idéalistes endormis pour oser espérer que la politique de M. Berset allait changer d'un millimètre par rapport à celle de son prédécesseur.

Écrit par : Trollman | 20/06/2013

Le parti socialiste est, malheureusement, plus vraiment un parti de gauche. Si on peut globalement être d’accord avec lui sur les questions de société, il est devenu impossible pour un défenseur des valeurs de gauche de se retrouver en accord avec lui sur les questions économiques et sociales. Et comme les questions de société sont souvent liées à l’économique et au social il ne reste presque rien du parti socialiste en tant que parti de gauche.

Écrit par : Gilliéron | 20/06/2013

Je comprends votre réaction car effectivement encore beaucoup de femmes à travail égal gagnent moins que les hommes.Cette situation qui frôle encore l'état de fait, n'est pas tolérable. Dans le même temps es-ce que cela justifie pour autant qu'une inégalité engendre une autre inégalité ? Pourquoi, les femmes devraient en "cadeau" travailler une année de moins ? Parce qu'elle sont discriminée ? Ce message qu'une partie de la gauche envoie depuis des années, brouille la véritable problématique de l'inégalité salariale. Je dirais qu'elle a un effet contraire, car en travaillant une année de moins, les femmes reçoivent une retraite encore dimininuée d'autant alors que souvent elles font déjà le sacrifice d'une carrière en travaillant à temps partiel. Donc cela revient à se tirer une balle dans le pied. Oui, les femmes doivent travailler une année de plus ! Oui, il faut légiférer et prévoir des dispositions coercitives pour punir les entreprises qui pratiquent la discrimination salariale ! De manière générale, il faut flexibiliser la retraite. Il est illusoire de demander à des gens qui ont eu des tâches pénibles de rester au-delà de 60 ans. Par contre pour des personnes, comme moi, qui sont assises toute la journée derrière un bureau, on doit aussi leur laisser la possibilité de travailler plus longtemps si elles en ont envie et de les récompenser en leur accordant une rente plus élevée. L'âge de la retraite a été déterminé à une période où l'espérance de vie des hommes s'établissait à 72 ans en moyenne. Désormais, elle est aux alentours de 79 ans. Actuellement, on oblige les gens à prendre une retraite alors que certains en ont tout simplement pas envie. On parle souvent de la petite mort pour le sportif de haut niveau qui s'arrête. Ceci est aussi valable pour le monde du travail. Ce dernier est aussi un facteur d'intégration social. Or, la retraite signifie pour beaucoup de monde une exclusion de la société. Regardez les parlements cantonaux, il y a une surreprésentation des gens entre 45-60 ans. Avant cette classe d'âge, une sous-représentation et après, il n'y a plus personne. Lorsqu'une personne âgée de plus de 65 ans se présente pour un mandat politique au niveau d'un parlement cantonal , souvent elle n'est pas élue car on considère qu'elle n'a plus rien à y faire. Or, ces personnes continuent à contribuer à la bonne marche de la société, ne serait-ce que par le paiement des impôts. L'équité sociale ne passe pas uniquement par l'âge de la retraite, mais tout simplement par l'intégration dans le monde du travail. On doit offrir la possibilité aux femmes d'occuper des positions de cadres, mais on doit aussi offrir la possibilité aux hommes de s'occuper mieux de leurs familles en leur accordant un congé paternité digne de ce nom. Plus on permettra aux deux sexes de croiser les rôles et plus la société tendra vers une certaine forme d'égalité sociale. Bref, le débat est donc plus large que celui simplement de l'âge de la retraite des femmes. C'est le reproche que je vous fait dans votre argumentation. Meilleures salutations

Écrit par : Gasser | 21/06/2013

Les commentaires sont fermés.