25/06/2013

La nuit des longs couteaux

 

Hier soir, petite mise en bouche, quelques interpellations somme toute très correctes. Le Boss (sic !) fait trembler les vitraux, Shorty annone son petit discours scolaire, la grosse se fend d’une brève tirade sur l’emploi, l’anar fait le grand écart frontal (ouille !) le fils à papa grand étudiant devant l’éternel nous donne un cours magistral de vide, quelques socialos s’agitent un peu devant leur micro, les Verts dans leur chaise à bascule ne comprennent toujours pas qu’ils sont sur une chaise éjectable, la droite de la droite nous pique nos arguments. Bref tout le monde est en place pour une passe d’armes intéressante… Ah ! Non ! Il manque le PLR . Embusqués derrière leurs certitudes ils attendent que l’infanterie socialiste se fasse éclater au front. Hier soir c’était gauche contre gauche, ce soir nous les attendons et nous ne prierons les partis de droite de tirer les premiers. Probablement ils  nous assailliront de  lourds arguments financiers, sans doute les DemoC feront l’aller-retour entre les fronts, sans doute chacun aimera montrer à l’autre que sa hallebarde est plus longue, mais une seule certitude, nous ne finirons pas la nuit sans que quelques traitres aient été épinglés. 

Il y a un an, tous ont signé pour la défense du personnel et des acquis, le probable reniement de quelques-uns fera un très bon début de campagne. Après le soutien à une Constitution réac, en brandissant le drapeau blanc devant une entreprise qui a refusé d’accepter,  au niveau national, une convention collective de travail, il ne leur restera plus que la solution de porter la boite à cirage. Quant aux travailleurs trahis sur l’autel du dogme libéral, ils sentiront entre leurs omoplates la douleur aigue d’une épine de rose transperçant  l’espoir comme un long couteau.

P.S. Au fait je parlais de 022 Télégenève, pour ceux qui n’auraient pas encore compris. MdR

Salika Wenger

12:38 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.