30/04/2014

Lettre de démission du Conseil municipal

 

Normalement les conseillers démissionnaires dispensent des remerciements à tout le monde au point que parfois on a l’impression d’assister à une remise des Oscars. Je vous épargnerais donc la description d’un  Conseil municipal qui ressemblerait à un parc d’attractions alors que vous et moi savons que nous sommes au cœur d’une arène dans laquelle il faut parfois donner des coups et en recevoir souvent.  

Bien que notre travail à tous consiste à défendre le bien commun nous n’employons pas les mêmes armes. Ce n’est pas demain que l’on réussira  à me convaincre que faire des cadeaux aux nantis est une manière d’assurer une vie digne à celles et ceux qui créent les richesses dont la redistribution se fait attendre depuis trop longtemps. Quelle que soit la qualité, la ferveur, l’intérêt ou la légitimité des luttes que nous menons, car ce sont des  luttes et non pas des points de vue, un seul fait est absolument certain… C’est toujours le temps qui gagne. Or l’Histoire a un sens, même si parfois il y est quelques reculades temporaires, elle va vers l’émancipation de tous et  ce mouvement historique sera toujours  le sens de mon combat politique. S’il parait que je suis un dinosaure, comme certains se plaisent à le répéter, c’est vrai ! Mais je suis un T-Rex et pour cela il faut non seulement de très longues dents rhétoriques mais aussi une conviction carnassière à toute épreuve.

Au Conseil municipal la sempiternelle répétition des mêmes questions et des mêmes arguments dément l’adage qui voudrait que la répétition soit mère de l’enseignement, tout au plus, dans notre assemblée, est-elle le symptôme que ceux du fond de la classe ne suivent pas les débats. Néanmoins ce  que je viens d’énoncer, ne peut occulter les moments de plaisir, de complicité, de partage, de rires ou d’inimitié induis par la proximité et le mélange de personnes de tous âges et de toutes conditions. Cet aspect humain est l’un de ceux qui font que le travail ingrat de conseiller municipal ne se résume pas à la seule souffrance du constat de nos manques respectifs.

Je ne voulais remercier personne spécifiquement pour ce travail que nous réalisons collectivement au Conseil municipal, pourtant je vais déroger à ce principe. Je veux parler de Madame Cabussat qui, tout au long de ces années, a participé de manière occulte mais efficace à nos travaux.  La remercier de sa bonne humeur, de sa volonté de rendre service en tout temps, de son efficacité à faire en sorte que notre assemblée fonctionne sans à-coups. Sa capacité à travailler avec tout le monde sans discrimination est très précieuse. Merci Marie Christine ! Sans toi le travail de Conseiller municipal en Ville de Genève serait beaucoup plus difficile.

Enfin,  je tire donc ma révérence à tous en vous souhaitant bon vent et que cette législature soient celle qui vous lèvera vers des rêves et des espoirs progressistes. 

La lutte continue dans une autre assemblée !

Salika Wenger

09:57 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.