31/08/2014

Gueule de bois carabinée mais locale !

 

Depuis une semaine je suis abreuvée de nouvelles qui n’en sont pas ! Parce qu’un clown fait une pirouette imprévue durant son dernier tour de piste Monsieur Loyal le renvoie dans sa roulotte rejoindre son copain le jongleur maladroit et la trapéziste moularde. Il remplace ces artistes de deuxième zone par d’autres inconnus comme  un prestidigitateur un peu raide, et deux poupettes qui faisaient de la figu. Du matin au soir on entend parler de ce casting à deux balles pendant que le reste du monde continue sur le thème « s’il n’en reste plus qu’un… » A la TSRbisounours le chef des vendeurs nous fait l’article pour des produits aussi enthousiasmants que les chemins de campagne, la trottinette sur le lac ou un livre sur le grand artiste Alfred Durut qui a collectionné des tournevis sa vie durant. J’en suis à un point tel que les nouvelles pipoles me paraissent plus politiques que l’édito du Monde.

Lulu


On se la refait ? Un gouvernement socio-démocrate fait une politique socio-démocrate prévisible et c’est le scandale. Notons en passant qu’il ne fait que défendre ce que j’entends à longueur de séances au Parlement : la dette, l’imposition trop forte, le travail trop cher et gnan et gnan…. Je n’aurai rien à dire si ça fonctionnait. Mais c’est la cata, les plus « éminents » économistes de droite vous le diront les yeux dans les yeux. « Cette politique est un échec ! » mais  ils ajouteront « Arrêtez d’embêter nos petits camarades riches, sinon ils vont mettre les bouts pour la Russie et ne laisseront à notre canton que le revenu du Mandement et l’arrogance des internationaux qui ne paient même pas d’impôt à ici ». Aussi après un été en solde, une rentrée à reculons, la perspective d’une supplémentaire à la supplémentaire sur  la police et le divorce de ma voisine du dessus, je sature !

Pour me détendre je suis allée au marché aux puces samedi matin. A un ami marchand de gravures qui se plaignait des acheteurs qui étaient de plus en pauvres il faut expliquer que par définition ce marché est destiné aux pauvres. Deux mamans discutent au soleil et se félicitent de voir que  les enfants aiment venir aux puces car au moins ils s’intéressent à quelque chose ???????? Un peu plus loin une demoiselle dit à son copain qu’elle adore faire du tricot et du crochet pendant que celui-ci consulte très attentivement  un vieux numéro de Paris Match avec Mireille Mathieu en couverture.  Pendant un moment je me demande si le cirque Knie a débordé mais non ! Dans la vraie vie c’est le cours du kilo de patates à la Migros qui importe. Alors je me suis assise à la terrasse d’un bistrot et d’amis en tournées générales d’exclamations ronflantes et inutiles je me retrouve ce matin avec la tête comme un potiron… de proximité bien entendu !

Lulu

12:12 | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Facebook

Les commentaires sont fermés.