27/08/2016

Un burkini rouge et jaune à petits pois !

S’habiller comme bon nous semble ou comme on peut ou comme tout le monde ou comme personne, me va très bien.  Ma seule crainte est d’être obligée à l’une ou l’autre de ces possibilités.

Dialogue 1 :

  • Salut, c’est mon anniversaire tu viens chez moi ce soir ?
  • Y’aura ta grand-mère ?
  • Oui, pourquoi ?
  • Ben elle est un peu space avec ses cheveux courts, ses robes courtes et ses talons. Mes parents y l’aiment pas beaucoup !
  • Laisse tomber c’est juste une vieille de l’ancienne génération.
  • Ouai t’as raison !

Dialogue 2 :

  • votre billet Madame s’il vous plait ?
  • Attendez un peu il est au fond de mon sac.
  • votre puce  nous dit que vous n’avez pas d’abonnement! Il faudra y penser c’est obligatoire aujourd’hui et vous risquez une amende si vous êtes genevoise.
  • Je sais, tenez !
  • Je vous rappelle aussi qu’une tenue correcte est exigée dans les transports publique aussi votre robe-t-elle est un peu courte pour l’humilité que nous enseignons aux jeunes filles
  • Oui, mais vous, vous êtes un robot !

Dialogue 3 :

  • Le médecin va vous recevoir dans un instant, vous pouvez garder la kippa.
  • Merci, j’espère que c’est un homme !
  • Bien entendu Monsieur, vous êtes dans un établissement sérieux et il y a longtemps que les femmes ne soignent plus les hommes.
  • Je suis venu ici car ma femme m’a dit que du côté femmes de cette clinique les soins qu’elle reçoit sont excellents.
  • Oui en effet, cela fonctionne beaucoup mieux depuis que nos parents ont séparés les deux services.

 

Dialogue 4 :

  • Chers frères et sœurs nous sommes réunis en ce matin de prière pour célébrer….
  • T’as vu la vieille là bas ! Elle porte encore une robe courte. C’est dégoutant pourtant elle a suivie le catéchisme comme nous.
  • Non, elle est trop vieille ! ça se voit elle a même pas de foulard. A la fin de la messe j’irai voir le curé pour en discuter. Sa tenue est une atteinte à la Sainteté de la Vierge !

Debout les femmes, réveillez vous ! Est-ce monde-là que vous voulez défendre ? Il suffit d’un seul pied dans la porte de la démocratie pour que toutes les superstitions envahissent notre vie et c’est une fois de plus le ventre des femmes qui est l’enjeux !

 

10:21 | Lien permanent | Commentaires (13) | |  Facebook

21/08/2016

Le facteur temps ne sonne jamais deux fois*

Après le soleil de Provence, les déserts d’Ardèche, les diners sous les arbres, la rencontre avec « la chasse Structurale », une cuite sino-franco-suisso-japonaise inoubliable, la découverte de la musique trans, les apéros sur la terrasses et les disputes homériques sur les religions enfin après le plaisir et la vie une seule question m’a été posée : que pensez-vous de scission du DAL ?

Que pensez-vous des guerres hypocrites et meurtrières d'aujourd'hui ? Que pensez-vous d’une crise imaginaire invoquée pour justifier la régression des droits sociaux ? Que pensez-vous d’une loi qui prive la gestion de l’Etat de 600 millions ? Que pensez –vous du manque de logements à des loyers abordables? Que pensez-vous des mouvements de migrations induits par la baisse de la natalité en Europe et que l'on diabolise ? Que pensez-vous de Bansky qui dessine sur les murs gratuitement et dont les œuvres sont volées et vendues à des prix d’or ? Que pensez-vous d’un gouvernement tellement en vacances qu’on en oublie qu’il existe en se demandant qui gère ? De ces préoccupations, qui occupent les gens « normaux » pas l'ombre d'une question comme si la vie genevoise ne se résumait qu’à la fête des bords du lac et aux déclarations mégalos de Maudet !

Pendant un mois de jeux Olympiques qui n’avaient d’olympiques que le nom et l’ennui que leur retransmission procure, j’ai pris un temps de réflexion afin de me souvenir pourquoi un jour j’ai décidé de dire non à tout ce bordel et pourquoi un jour je me suis engagée dans la lutte politique ? La seule réponse que je peux donner avec certitude…. Surement pas pour me prononcer sur la scission du Dal !

Demain, la rentrée des classes et j’ai la pêche d’une première de classe !

 

 *Le facteur temps ne sonne jamais deux fois. Etienne Klein. Éditions Champs-Sciences.

21:06 | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Facebook