16/09/2016

Que reste-t-il de nos amours ?

Difficile de dire ce que l’on veut taire ! Les problèmes familiaux sont  le miroir des autres conflits : l’amour, l’argent, la trahison, les espoirs déçus, la jalousie, la violence,  l’absence, la disparition. Comment garder le lien lorsque un ou plusieurs de ces éléments font défauts ou sont trop prégnants ? Pour avoir longtemps été l’enfant désavouée, celle dont la liberté faisait de l’ombre au consensus familial je sais la tristesse et la colère de se sentir orphelin.

Ils étaient deux, elle petite princesse déchue et lui qui refusait la réalité de sa solitude. Ils avaient besoin de chaleur, de complicité et de reconnaissance pour libérer leurs talents. Nous les avons adoptés. Ma famille hautement conflictuelle les a adoptés. Le temps de comprendre qu’ils avaient oublié la vie collective et ses accommodements, ses petites déceptions, ses contradictions, ses ruptures et ses réconciliations, la famille était à feu et à sang. Elle revendiquant n’être pas de la famille et lui voulant prendre la place d’un père imaginaire, nous sommes retrouvés avec deux hybrides qui avaient un pied dedans et pied dehors.

La période est difficile pour la famille de gauche, partout nous constatons que la droite opportuniste et populiste monte en puissance. Non pas que nous ayons abandonné nos convictions et nos luttes mais tout simplement parce que nous vivons un moment historique de changement de société et que l’adaptation est difficile et douloureuse pour tout le monde. N’ayant pas vocation aux promesses mensongères nous continuons les luttes qui ont toujours été les nôtres même si chacun dans cette famille n’use pas des mêmes outils. Nos revendications sont aussi anciennes que l’humanité et se résument à la négation de la légitimité de la violence des pouvoirs dominants. Il n’est pas une période de l’Histoire qui n’aie connu cette opposition et qui n’aie tenté de la surmonter.

Aujourd’hui nos deux orphelins ont repris leur liberté oubliant au passage que cette famille qu’ils critiquent sans vergogne est la même qui les accueillis quand ils étaient sur le bord de la route. Nous leur souhaitons bon vent et nous irons notre chemin quel que soient les regrets des uns et des autres.

Salika Wenger, « Cacique d’EaG »  

11:30 | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Facebook

Commentaires

Encore un effort et vous passerez en dessous du quorum.

Pas grave me direz-vous, tant que vous êtes invités sur le plateau de Genève à chaud.

Écrit par : Bouzar | 16/09/2016

Avez vous remarqué que plus un parti est petit, plus les égos y prennent de place ?

Écrit par : Plouf fait de la psychologie politique | 16/09/2016

"N’ayant pas vocation aux promesses mensongères".

Ahahahah....J'ai bien ri. Merci.

Écrit par : Mais tout à fait | 16/09/2016

C'est vrai que vu ainsi ça fait un peu crève coeur.

Écrit par : Pierre Jenni | 16/09/2016

Ne vous viendrait-il pas à l'esprit que leurs critiques sont justifiées? Qui a voulu exclure l'autre? Qui a interrompu le dialogue obligatoirement nécessaire?
Qui bafoue la laïcité? Qui est incapable d'une analyse en profondeur des mutations de nos sociétés? J'ai l'impression que seul le pouvoir, l'ambition personnelle, les places au parlement et dans les commissions sont le but de certaines personnes au détriment de toute analyse politique. Quand l'extrême gauche se désunit, est incapable de s'entendre, je m'abstiens de voter. Ce qui s'est produit plus d'une fois. J'avais déjà un problème avec la position de SolidaritéS sur l'islam. Comment des gens qui se disent de gauche peuvent-ils s'acoquiner avec une idéologie politique totalitaire? C'est vrai qu'avec des trotskystes on est rarement déçu (voir la liste des anciens...).

Dans votre billet, je ne vois aucune analyse politique, seulement une attaque contre deux personnes et une personnalisation, une "psychologisation" du "problème". Décidément je vais de déception en déception.

Écrit par : Charles | 16/09/2016

Ne convient-il pas de se demander si Mai 68 n'a pas bousillé nos valeurs à commencer par le respect d'autrui, le sens de l'autre?

Que dire de ces enfants de familles éclatées puis recomposées avec des enfants à charge sorte de sabots: "je ne peux pas le prendre ce week-end(...) discussion à n'en plus finir: présent, l'enfant "entend"!?

Divorces pour un oui ou pour un non: les enfants qui n'ont rien à dire, "suivront"!

Sacs d'embrouilles scolaires administratives... au service de l'enfance?

Non respect aux maîtres, aux enseignants.

Double journée de travail pour les parents. A bout de souffle: coaching scolaire.

Précarité, emplois à délais déterminés d'un jour ou deux, sous-salaires: "sécurité" agent de stabilité?

Pitres dits magistrats.

Réélection présidentielle visée en l'espoir d'échapper à la justice: les pires malfrats sont-ils tous en prison?

Siècle de l'image, donc, de la surface, de l'avoir l'air ou du superficiel.

Destruction avec détermination des valeurs chrétiennes. Non hypocrisie, pédophilie, etc. J'écris; valeurs chrétiennes qui ont indiscutablement impulsés les progrès sociaux: malades, prisonniers, indigents.
Ecoles, arts à l'église, études, sorties, colonies de vacances, camps. rencontres au pays comme à l'étranger...

Écrit par : Myriam Belakovsky | 16/09/2016

Et pourtant.. nous nous sommes tant aimés.
+Vipère lubrique,hyène dactylographe,hitlero-trozkiste," si c'est pas de l'Amour mais ça lui ressemble.
De l'Amour Vache pour reprendre l'abondante Passion Zoophile qui a marqué ces années de différenciation des "courants" forcément alternatifs .
à fin du Communisme Stalinien succède la fin de la sociale démocratie héritière d'un appendice exclusif dans l'histoire moderne "les trente glorieuses"
Actualités: alors que le Coran continu illumine la scène alternative de l'Europe Périphérique, cette religion des pauvres aveugle les "habitants" de ces "non endroits" coincés entre "la Pattaterie -les boucheries "CORA" "MERLIN" "FNAC" mais qui pour en sortir lorgne du côté de la mosquée
Voilà un Roman sans Photo qui nous échappe , Les Zélites autoproclamées vont s'y coltiner , sans plaisir , c'est défendu!

Écrit par : briand | 17/09/2016

briand : merci pour ce texte.

Écrit par : salika.wenger | 18/09/2016

"prégnant" ou bien "prenant" ?

Écrit par : question | 18/09/2016

pregnant : qui prédomine, qui s'impose à l'esprit etc...

Écrit par : salika.wenger | 18/09/2016

Les commentaires sont fermés.